21 juillet 2020
Accident mortel dans un nid-de-poule géant sur l’autoroute 30 à Contrecœur
Le coroner recommande un suivi plus rigoureux
Par: Sébastien Lacroix
L’accident est survenu sur l’autoroute 30, sous le pont d’étagement du rang Brûlé.
Photo tirée du rapport du coroner

L’accident est survenu sur l’autoroute 30, sous le pont d’étagement du rang Brûlé. Photo tirée du rapport du coroner

Le Bureau du coroner recommande au ministère des Transports du Québec (MTQ) de faire un suivi plus serré des nids-de-poule à la suite d’un accident mortel qui s’est produit sur l’autoroute 30, à la hauteur de Contrecœur, le 11 mars 2019, et qui a coûté la vie à un jeune Ukrainien qui venait de s’établir à Sorel-Tracy avec sa famille.

Publicité
Activer le son

Aussi à lire: La ministre de l’Immigration interpellée pour régulariser la situation de la famille 

Dans son rapport d’investigation « à l’intention des familles, des proches et des organismes pour la protection de la vie humaine » sur le décès d’Ihor Horbanov, le coroner Paul G. Dionne s’interroge sur le suivi du contrôle de la chaussée de cette section de l’autoroute 30 ouest, qui était déjà connue comme étant « problématique ».

« On savait qu’elle était dangereuse depuis février 2019 », indique le coroner, qui rappelle que de nombreuses crevaisons avaient été notées dans ce secteur durant les semaines précédant l’accident, dont sept dans une même journée.

Le MTQ y avait même réalisé neuf interventions, dont une le 8 mars pour réparer le nid-de-poule géant de 7 mètres de longueur et d’une largeur de 1,6 mètre qui a causé la mort du jeune père de famille de 32 ans. À ce moment-là, 3,13 tonnes d’asphalte avaient été pavées d’urgence.

Ce qui se sera visiblement avéré insuffisant. Puisque, trois jours plus tard, 9,73 tonnes supplémentaires de remplissage ont été nécessaires à la suite de l’accident qui a coûté la vie au jeune machiniste de CNC Tracy.

Selon l’enquête menée par la Sûreté du Québec à la suite de l’accident, le reconstitutionniste a remarqué que le niveau de l’eau dans le nid-de-poule atteignait 9 centimètres par endroit et que l’eau n’emplissait pas le trou sur toute sa hauteur. Puisqu’il y avait un rebord de 7,5 cm au-dessus du niveau de l’eau, indique-t-il dans son rapport.

Comme Ihor Horbanov conduisait un véhicule de petite taille (Ford Focus), le diamètre des pneus pourrait être en cause pour expliquer la perte de contrôle. Puisque ceux-ci n’ont possiblement pas assuré une adhérence optimale.

Ce qui pourrait aussi être le cas de l’autre véhicule (Kia Soul) qui avait perdu le contrôle au même endroit, avant de s’immobiliser dans un banc de neige un peu plus loin. C’est d’ailleurs en entrant en collision avec l’arrière d’une camionnette du MTQ, qui était présente à la suite de cet accident qui a eu lieu un peu plus d’une heure plus tôt, qu’Ihor Horbanov trouvera la mort.

Du travail à faire

À la suite de son enquête, le coroner a demandé au MTQ de revoir le suivi de l’entretien de ce segment de l’autoroute 30. Après avoir examiné le dossier en détail, le MTQ n’a pas retrouvé de rapport d’intervention entre le 8 et le 11 mars. Ce qui ne permet pas de savoir si la situation s’est détériorée durant ces trois jours.

Des actions ont tout de même été prises par le MTQ à la suite de ce drame. En plus d’un remplissage immédiat du nid-de-poule, un rapiéçage mécanisé sur une longueur d’environ 100 mètres sur toute la largeur des voies de circulation a eu lieu durant l’été 2019.

Le ministère a également mis à l’étude un projet de la réfection de la surface de la chaussée de ce secteur de l’autoroute 30, et ce, dans les deux directions, sur une dizaine de kilomètres, entre Verchères et Contrecœur.

Le MTQ a également revu sa manière de compiler les interventions de nids-de-poule. Un système informatisé permet d’identifier plus facilement les trous et les nids-de-poule extraordinaires exigeant un suivi particulier. Ce qui est complémentaire au Service téléphonique Québec 511 du MTQ qui permet de signaler toute situation potentiellement dangereuse.

Le coroner recommande donc au ministère des Transports du Québec de s’assurer que la nouvelle approche de surveillance des nids-de-poule par une gestion centrale géolocalisée soit bien comprise par les intervenants de terrain et qu’elle soit soumise à un contrôle de qualité régulier.

 

image