12 février 2016
Le conseil de Saint-Joseph-de-Sorel, le mieux payé de tous
Par: Louise Grégoire-Racicot
Rémunération des élues 2015

Rémunération des élues 2015

L’élément saillant de l’examen de la rémunération des élus municipaux de la MRC de Pierre-de Saurel en 2014 et 2015 est certes que les habitants de Saint-Joseph ont déboursé, pour rémunérer leur conseil, 72,50$/per capita en 2014 et 69,40$ en 2015. Sept fois plus qu’à Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

À l’opposé, la rémunération versée aux élus de la ville-centre est beaucoup plus importante que celle versée ailleurs. Mais le coût per capita est largement inférieur aux autres, soit de 8,83$ en 2014 et de 9,97$ en 2015. Et ce, même si la masse salariale des élus a augmenté de 11%.

Par ailleurs, à Contrecœur, les élus reçoivent la moitié de la rémunération soreloise pour gérer une municipalité qui compte cinq fois moins d’habitants.

La petite municipalité de Saint-Gérard-Majella, avec ses 280 citoyens, doit leur imposer en 2015, 56,60$ per capita pour leur rémunération.

Quant à Saint-Aimé, qui compte un nombre égal de citoyens à celui de Massueville, sa masse salariale dépasse la seconde de 37%. Et Saint-David, qui a 300 citoyens de plus que Saint-Aimé (519), coûte à peu près le même prix à chacun de ses habitants.

Enfin, avec 30% de plus de population, Sainte-Anne-de-Sorel a une masse salariale presque deux fois plus importante que celle de Saint-Roch-de-Richelieu.

Enfin, il faut noter que la population a baissé de 2,22% en 2015 alors que la rémunération des élus augmentait de 6,35%. Une augmentation du per capita de 8,8%.

Une loi

Il faut savoir que les élus fixent eux-mêmes le montant de leur rémunération globale, autant leur salaire imposable que leur allocation de dépenses non imposable versée complètement, sans présentation de factures.

Mais ce faisant, ils doivent respecter le cadre que leur fixe le ministère des Affaires municipales et de l’Organisation du Territoire (MAMOT) dans sa Loi sur le traitement des élus municipaux.

Cette loi établit les minimums et maximums du salaire des maires, selon l’importance de la population à la tête de laquelle il a été élu.

Comme elle spécifie que le salaire du maire doit représenter le triple de celui accordé aux conseillers.

Quant aux allocations de dépenses, elles ne doivent pas être plus élevées que le tiers du salaire.

D’autres sources de rémunération

Ces tableaux sont toutefois incomplets. Ils ne concernent que les élus dans leur travail à la municipalité. Tous ont les mêmes responsabilités de base.

Mais plusieurs représentent leur municipalité à d’autres tables régionales, où ils sont parfois rémunérés, comme à la MRC, à des régies (eau, incendie, loisir, etc.), au comité intermunicipal de transport, au transport adapté et à divers comités de leur milieu respectif.

Près d’un million

Le total des rémunérations municipales versées dans la MRC de Pierre-De Saurel a atteint 889 590$ en 2015. Une moyenne per capita de 17,50$.

En ajoutant Contrecœur, ce chiffre atteint plus d’un million de dollars.

Municipalité Pop

Maire

(salaire + all)

Conseillers

(salaire + all)

Total versé

aux élus

Coût per capita
Saint-Aimé 516

4792 +2396

7188$

1597+799

2396$

21 564$ 41,79$
Massueville 527

3534 +1767

5301$

1178 +799

1767$

15903$ 30,18$
Saint-David 840

7756 +387

11 634$

2543 +1272

3815$

34 524$ 41,10$
Saint-Gérard-Majella 280

3522 +1761

5283$

1174 +587

1761$

15 849$ 56,60$
Saint-Joseph-de-Sorel 1594

26 999 +13 500

40 499$

9225 +2463

11 688$

110 627$ 69,40$
Sainte-Anne-de-Sorel 2715

17 465 + 8732

26 197$

5822 +2911

8733$

96 061$ 35,38$
Saint-Robert 1859

8769 +4385

13 1354$

2923 +1462

4385$

39 464$ 21,23$
Yamaska 1555

9485 +4743

14 228$

3162 +1581

4743$

42 686$ 27,45$
Sorel-Tracy 34 967

83 921 + 10 700

94 621$

21 165 +10 583

31 748$

348 605$ 9,97$
Saint-Roch-de-Richelieu 2192

7125 +7125

14 250$

2375 +2375

4750$

47 750$ 19,50$
Sainte-Victoire-de-Sorel 2565

15 893 +7946

23 839$

5292 +2649

7941$

71 485$ 27,85$
Contrecoeur 6900

31 387 +15 976$

16 117$

10 747 +5370

16 117$

144 165$ 20,89$

Des maires commentent

Même si la rémunération des élus de Saint-Joseph-de-Sorel est la plus importante de la région (70$ par capita), le maire Olivar Gravel affirme qu’elle s’explique aisément.

« À Saint-Joseph, nous n’avons plus de directeur des loisirs ni de gérant de l’aréna. Ce sont les élus qui assument ces responsabilités et prennent en charge l’organisation de certaines activités importantes pour nos citoyens. Personne n’est perdant. Au contraire! »

La rémunération des élus est un sujet tabou, poursuit-il. Mais il ne faut pourtant pas hésiter à en parler avec les citoyens, insiste-t-il, « leur expliquer en quoi consiste notre rôle. Ce salaire ne peut compenser tout le temps que l’on met dans cet engagement. Mais jamais personne ne me reproche nos salaires. Au contraire, les citoyens nous disent continuez votre bon travail », dit-il.

Il croit aussi que la tâche est exigeante et que, si le conseil veut une relève, il doit penser à verser de meilleurs salaires qui attireront des gens compétents.

Place pour l’amélioration

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin est direct: sa rémunération n’est nullement exagérée. Au contraire.

Être à la tête de la Ville demande beaucoup de temps et de travail tant ici que dans divers comités extérieurs auxquels il participe et y représente la Ville, évoque-t-il.

Il faut revoir la façon de déterminer la rémunération, insiste-t-il. Qu’elle soit proportionnelle d’une ville à l’autre. D’autant que les responsabilités s’ajoutent toujours, conclut-il.

Travailler au développement de sa communauté

De son côté, le maire de Massueville, Denis Marion, souligne que le travail de maire est très exigeant pour ce qu’il rapporte monétairement.

« Ce salaire ne peut pas compenser le temps attribué à la fonction. Un conseil ne fait pas que de la simple gestion municipale. Il travaille aussi au développement communautaire, social et économique de son milieu. »

Les responsabilités se complexifient, poursuit-il: « on s’implique aussi bien en éducation (lutte au décrochage), à la santé (via la coop), au service de garde. On réalise de plus en plus l’importance du palier local dans la réalité d’une communauté. »

Être élu aujourd’hui, poursuit-il, demande de bien comprendre les nouveaux enjeux du développement. « Il faut prendre le temps de réfléchir, de discuter. Car ces éléments augmentent la portée et les implications de nos décisions. »

La rémunération ne tient pas compte de cela, avance-t-il. « Il faut avoir l’amour de son milieu, la passion de son travail pour y consacrer autant de temps. »

image