30 mars 2021
Le coin des rues du Roi et George reprendra vie
Par: Katy Desrosiers

Le nouveau bâtiment sera construit avec des matériaux nobles et présente des aspects inspirés d’autres immeubles du centre-ville. Photo gracieuseté

Groupe Richelieu Inc., dont l’entrepreneur sorelois Pierre Ouellette fait partie, a acheté le terrain où se trouvait auparavant le Café St-Thomas. Le nouveau bâtiment, représentant un investissement de 1,3 M$, présentera un design s’inspirant de l’architecture du centre-ville et pourra accueillir un restaurant-bar.

Publicité
Activer le son

Le 22 mars, le conseil de ville de Sorel-Tracy a adopté une résolution pour la signature de l’entente concernant la vente du lot se situant au 57, rue du Roi.

Le nouveau propriétaire avait un projet en tête pour cet emplacement depuis deux ans. Dans le meilleur des mondes, il aimerait voir revivre le Café St-Thomas.

Il s’est d’ailleurs inspiré du texte de la chroniqueuse Louise Grégoire-Racicot, Renaître de ses cendres, écrit le 9 avril 2019, quelques jours après l’incendie. « C’est fou, mais c’est un peu ça qui a alimenté ce projet-là tout le temps », raconte-t-il.

Dès que le projet a été confirmé par le conseil, Pierre Ouellette a contacté le fils des propriétaires et gérant de l’ancien Café St-Thomas, Mike Cournoyer.

« Il n’était pas au courant de mes démarches. Je lui en avais parlé il y a deux ans, quand c’était tout récent. Il m’avait dit que ça l’intéressait, mais deux ans plus tard, il y a de l’eau qui a coulé sous les ponts. J’ai parlé avec lui et il va regarder ça de son côté », affirme-t-il.

Un bâtiment à l’image du centre-ville

Le bâtiment de trois étages et un sous-sol avec ascenseur arborera briques et blocs architecturaux. La porte sera placée sur le coin, comme elle l’a toujours été dans les bâtiments précédents. Le rez-de-chaussée abritera le local commercial alors que les deux autres étages compteront trois appartements chacun. Les trottoirs autour seront refaits afin d’offrir un espace-terrasse. Sur le toit, une autre terrasse sera aménagée pour les locataires. Au sous-sol, il y aura un espace pour le restaurant et du rangement pour les locataires.

La façade s’inspire d’autres bâtiments présents ou passés du centre-ville.

« La devanture plus massive, ça peut représenter le bureau de poste qu’il y avait sur l’autre coin avant. C’est un clin d’œil, ce n’est pas pareil. La corniche dans le haut rappelle un peu celle du Cyrille-Labelle. Les supports ornementaux sur le haut des corniches seront tous en acier pour rappeler un peu la Ville et la métallurgie. Les fenêtres en rond, c’est comme en haut du Liverpool, où il y avait la boutique MOÖV », mentionne M. Ouellette.

Des critères à respecter

La Ville a émis des critères pour la construction afin d’assurer un développement de qualité en lien avec son plan de revitalisation du centre-ville.

La mixité du bâtiment, soit un mélange entre le commercial et le résidentiel, lui a plu puisqu’elle assure un certain achalandage et participe à attirer les jeunes familles au centre-ville.

« Je pense que ça va donner un accès au quadrilatère du centre-ville avec quelque chose d’assez extraordinaire. On vous a dit qu’on avait une vision, qu’on veut travailler à donner une amorce à la revitalisation du centre-ville, bien ça, c’est un bon coup d’envoi et on est très fiers », a souligné le maire Serge Péloquin lors du conseil.

Le propriétaire aura deux ans pour construire lorsque les plans seront acceptés. Il croit être en mesure de commencer les travaux à l’automne, pour une ouverture au printemps prochain.

« La Ville veut quelque chose de qualité dans des délais raisonnables. Tu ne peux pas bâtir n’importe quoi et honnêtement, je trouve ça correct. […] Elle a mis des critères, mais ce n’est pas infaisable. Sinon, ça bloquerait tout développement au centre-ville. Elle voulait un bâtiment qui respectait ses plans et je suis pour ça aussi. On s’est bien entendu » conclut M. Ouellette, qui remercie le conseil, le maire et le directeur général d’avoir bien considéré son projet.

 

À lire aussi : La Ville a voulu faire bouger les choses, selon le maire

image