30 septembre 2019
Campagne électorale 2019
Le Bloc Québécois veut hausser les pensions de vieillesse
Par: Jean-Philippe Morin

Louis Plamondon, du Bloc Québécois, promet de hausser les pensions de vieillesse lorsqu'il sera élu. Photo gracieuseté

À l’instar du chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet, Louis Plamondon, candidat du parti dans Bécancour – Nicolet – Saurel, propose l’augmentation de la Pension de la sécurité de la vieillesse de 1300 $ supplémentaires par année.

« Les aînés perdent constamment de leur pouvoir d’achat parce que leur pension ne suit pas l’évolution des salaires. Le Bloc propose de rattraper plus de 40 ans de désinvestissement fédéral en haussant les pensions de 1 300 $ par année d’argent neuf, puis de les indexer au même niveau que l’augmentation des salaires plutôt que selon l’inflation. Le Québec le fait déjà et Ottawa doit emboîter le pas pour assurer que les aînés pourront profiter de leur retraite en toute sécurité financière. C’est aussi de l’argent qui sera réinjecté dans les économies locales, notamment en région », estime M. Plamondon dans un communiqué de presse. Il rappelle que le pourcentage du nombre d’aînés vivant dans la circonscription oscille entre 20% (Bécancour) et 28 % (Sorel-Tracy).

Ce rattrapage, inspiré du fonctionnement du Régime de rentes du Québec, est échelonné sur trois ans. Ainsi, en 2023, les aînés recevront un chèque de 765 $ plutôt que 607 $ actuellement. Cela représente un montant supplémentaire annuel de 1 755 $, composé de 1 301 $ venant de la proposition du Bloc. Les bénéficiaires du maximum du Supplément de revenu garanti pourront jouir de prestations supplémentaires de 50 $ par mois, 70 $ pour un couple.

Le Bloc Québécois propose aussi d’autres mesures pour les aînés, dont l’annulation des coupes en santé et indexation des transferts de 6 %, une baisse des prix des médicaments, le versement durant trois mois de la Pension et du SRG d’un défunt au conjoint endeuillé, l’inscription automatique de toutes les personnes de 65 ans et plus au SRG, l’allégement global de la paperasse concernant l’accès aux programmes destinés aux aînés, l’inscription des caisses de retraite comme créanciers prioritaires en cas de faillite d’une entreprise, une prolongation des prestations d’assurance-emploi pour les proches aidants et leur offrir des allègements fiscaux ainsi que faciliter le travail des personnes de 65 ans et plus qui le désirent par des incitatifs fiscaux.

« Les hommes et les femmes qui ont travaillé toute leur vie méritent de profiter pleinement de leur retraite en sachant qu’ils n’ont pas à s’inquiéter de leurs finances. Cette remise à niveau des pensions est nécessaire. Les 65 et plus ont servi le Québec toute leur vie; ils méritent d’être bien servis à leur tour », a conclu Louis Plamondon.

image