18 mai 2016
Le Biophare ne baisse pas les bras dans sa lutte pour obtenir une aide gouvernementale
Par: Julie Lambert
Le Biophare est situé sur la rue Saint-Pierre à Sorel-Tracy. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Le Biophare est situé sur la rue Saint-Pierre à Sorel-Tracy. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Après le dépôt de deux pétitions comptant 2206 noms, la direction du Biophare lance un nouveau moyen de pression auprès du ministère de la Culture. L’organisme ne baisse pas les bras afin d’obtenir l’autorisation de déposer sa candidature au Programme d’aide au fonctionnement pour les institutions muséales même si le ministère reste campé sur sa position.

Publicité
Activer le son

Une pétition en ligne sur le site Internet de l’Assemblée nationale a été déposée par le député de Richelieu, Sylvain Rochon, le 12 mai dernier et comptait 1 174 signatures. Une deuxième, cette fois-ci en version papier, sera également déposée dans les prochaines semaines et compte 1 032 appuis.

Selon M. Rochon, la croisade du musée sorelois est totalement justifiée puisque le Biophare répond « clairement et rigoureusement » aux critères du ministère de la Culture. Le refus de ce dernier de le rendre inadmissible au programme est une « abomination sans nom », croit-il.

« On est déterminé à faire reculer le ministère et de le voir revenir sur sa décision. Je solliciterai une rencontre auprès de la remplaçante du ministre actuel, Hélène David. Je suis heureux de voir la population appuyer le Biophare qui travaille si fort et qui réussit à bout de bras à présenter des expositions reconnues. »

Le 13 mai dernier, le directeur général du Biophare, Marc Mineau, a reçu une seconde lettre du ministère de la Culture mentionnant que sa décision était maintenue.

La porte-parole du ministère, Anne-Sophie Lacroix, réitère les mêmes raisons de ce refus : par sa vocation de mise en valeur du patrimoine naturel, l’organisme ne correspond pas aux champs de compétences muséales qui couvrent le patrimoine, les arts, les lettres et l’industrie culturelle.

« Le Biophare reste un organisme reconnu et, à ce titre, il fait toujours partie des clientèles du ministère, qui continue de l’appuyer. D’ailleurs, depuis 2006-2007, près de trois quarts de million, soit 690 000$, en aide aux projets ont été consacrés à l’organisme Biophare. À deux reprises, nous lui avons versé des subventions lui permettant de renouveler son exposition permanente. »

Un rejet mal reçu

Ce deuxième rejet déçoit M. Mineau. « Le ministère a maintenu sa décision sans avoir procédé à une quête d’informations plus poussée. Les fonctionnaires, dans leur tour d’ivoire à Québec, ne sont pas sortis de leurs bureaux pour venir vérifier ce que nous faisons réellement. Cela veut dire que le ministère a l’esprit obtus et ne veut pas comprendre qui nous sommes », déplore-t-il.

Toujours décidé à se faire entendre, M. Mineau a lancé une seconde phase de sa campagne de pression en demandant par courriel, à ses contacts, mais aussi sur sa page Facebook à la population d’écrire directement au ministre de la Culture, Luc Fortin.

Selon le directeur général, d’autres musées ont eu la chance de pouvoir déposer leurs candidatures alors qu’ils se trouvent dans la même position qu’eux. « Il semble que le principe des champs de compétence soit appliqué à certains, mais pas à d’autres. Ce que nous souhaitons, c’est que le ministère se déplace et vienne voir ce que nous faisons. »

Sans vouloir dévoiler les noms des institutions retenues, la porte-parole du ministère, Mme Lacroix souligne qu’à l’heure actuelle, 11 demandes sont présentement en analyse. Malgré les deux pétitions déposées à l’Assemblée nationale et la deuxième phase de pression, la porte-parole réaffirme que cette décision est irrévocable.

« Le Biophare est tout à fait en droit de contester la décision du ministère. Toutefois, le programme actuellement en vigueur ne sera pas appelé à être modifié avant sa prochaine révision. La norme prend fin le 31 mars 2019. Le Ministère ne reviendra donc pas sur sa décision. »

La Ville de Sorel-Tracy et la MRC de Pierre-De Saurel ont voté une résolution d’appui au cours des dernières semaines pour soutenir le Biophare dans sa démarche.

À lire aussi:

Le Biophare part en croisade contre une décision du ministère de la Culture

image