17 octobre 2019
Le Biophare lance son exposition virtuelle sur la navigation du Saint-Laurent
Par: Jean-Philippe Morin

Anne-Marie Dulude, directrice du Biophare et Anne Laganière, présidente du conseil d'administration, ont résumé les grandes lignes de l'exposition lors du lancement le 15 octobre. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L'interface de l'exposition virtuelle disponible au naviguersurlesaint-laurent.com Photo gracieuseté

Plusieurs personnes étaient présentes lors du lancement le 15 octobre, dont certains intervenants interviewés pour l'exposition. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Cinq cartes, 261 photos, 145 documents d’archives, deux jeux d’observation; tel est le travail colossal réalisé par le Biophare, qui a lancé son exposition virtuelle « Naviguer sur le Saint-Laurent », le 15 octobre.

Publicité
Activer le son

« Avec ses 3260 km, le système hydrographique Saint-Laurent-Grands Lacs occupe le 17e rang mondial en ce qui a trait à sa longueur, entre le lac Supérieur et le détroit de Cabot. Le Saint-Laurent est tout sauf un grand fleuve tranquille. […] Il est toujours considéré comme un des cours d’eau les plus difficiles à naviguer dans le monde », souligne la directrice du musée sorelois, Anne-Marie Dulude, pour justifier la tenue d’une telle exposition en ligne.

En tout, huit entrevues ont été réalisées avec des gens du milieu maritime : Stéphane Julien, commandant sur les brise-glace de la Garde côtière canadienne; François Harvey, capitaine de remorqueur pour Groupe Océan; Louis-Vincent Barthe, premier officier de navigation à bord de l’Algoma Mariner; Marc Cimon, chef mécanicien à bord de l’Algoma Mariner; Maryse Camirand, officier de navigation et enseignante à l’Institut maritime du Québec; Alain Arseneault, pilote et président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent Central; Jean Cloutier, pilote à la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent et auteur d’un livre sur les bateaux-phares.

L’Agence Caza s’est occupée de la production numérique et CIRCA Productions a réalisé les entrevues filmées. Le photographe Simon Ménard a réalisé un nombre important de photos pour cette exposition virtuelle, alors que d’autres photos viennent du photographe Patrick Matte (photos de phares), de Stratégies Saint-Laurent, de la Corporation de Gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent.

« Cette exposition met en valeur le caractère novateur des moyens utilisés pour améliorer la navigation sur le Saint-Laurent. Vous constaterez la contribution importante des avancées technologiques sur le développement du transport maritime. Vous verrez aussi de quelle manière la navigation est devenue plus sécuritaire grâce à la précieuse contribution de pilotes compétents et expérimentés. L’accent est mis aussi sur les démarches entreprises par l’industrie maritime pour se développer de manière écoresponsable », ajoute Mme Dulude.

Cette exposition virtuelle a été réalisée grâce au Programme d’investissement pour les expositions virtuelles du Musée virtuel du Canada ainsi que plusieurs partenaires.

L’exposition est disponible gratuitement, autant en anglais qu’en français, au naviguersurlesaint-laurent.com.

image