11 janvier 2016
L’avenir de l’actuelle prison est incertain
Par: Julie Lambert
L’actuelle prison de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média - Archives

L’actuelle prison de Sorel-Tracy. | Photo: TC Média - Archives

Alors que la nouvelle prison de Sorel-Tracy ouvrira ses portes au printemps, l’avenir du bâtiment actuel, situé sur le boulevard Poliquin, est encore incertain.

Le directeur du Centre de détention de Sorel-Tracy, Stéphane Smith, ne sait pas ce qu’il adviendra du bâtiment après le déménagement des actuels prisonniers vers le nouveau pénitencier.

« On ne sait pas s’il sera détruit ou si le bâtiment sera vendu. On ne nous consultera pas pour prendre cette décision puisque nous sommes seulement locataires », a-t-il mentionné.

Le centre de détention appartient à la Société québécoise des infrastructures (SQI). Son porte-parole, Martin Roy, n’a pas voulu s’avancer sur les options envisagées actuellement pour le bâtiment.

« Aucune décision n’a été arrêtée, explique-t-il. Quand le nouvel établissement sera en fonction, nous n’en aurons plus besoin puisque cela ne nous apporte rien de le garder. Nous pourrons en disposer. Présentement, on regarde différents scénarios. Tout peut arriver. »

Selon certaines informations obtenues par le Journal, cette infrastructure contiendrait de l’amiante et pourrait être démolie. M. Roy croit toutefois qu’il est trop tôt pour parler de ce scénario.

« Si le bâtiment est mis en vente éventuellement et que la présence d’amiante est constatée, ce sera à l’acquéreur de réaliser du désamiantage », conclut-il.

Rappelons que le nouveau centre de détention de sécurité moyenne comptera 300 places en cellules individuelles et 80 lits répartis en dortoirs pour les contrevenants purgeant une peine discontinue, soit 149 places de plus que celui situé sur le boulevard Poliquin. Le projet est estimé à 174 M$.

image