13 février 2019
Collection de livres pour enfants
L’auteure Mélissa Jacques récidive avec deux nouveaux tomes
Par: Julie Lambert

L'auteure jeunesse Mélissa Jacques offre deux nouvelles histoires à ses lecteurs depuis quelques jours. Photo NathB

Les deux nouveaux livres Photo Gracieuseté

Les deux nouveaux livres Photo Gracieuseté

L’écrivaine jeunesse de Sainte-Anne-de-Sorel, Mélissa Jacques, récolte actuellement beaucoup de succès avec sa série de livres sur les animaux. Deux nouveaux tomes s’ajoutent à la série Drôle de bêtes et sont maintenant disponibles dans les différentes librairies du Québec.

Les deux nouveaux livres de la collection À pas de souris sont intitulés Le morse qui tourne et L’abeille qui bourdonne. Ils sont les deux derniers d’une longue lignée puisque quatre autres tomes ont paru depuis 2018.

L’ours qui ronfle, La barbotte qui gigote, Le lapin qui saute et La poule qui roule ont tous la même ligne directrice, soit de donner le goût de la lecture aux jeunes tout en les faisant apprendre, explique l’auteure.

« Je suis très contente de pouvoir réaliser ce projet. Il y en a d’autres qui s’en viennent dont déjà deux qui sont entre les mains de la maison d’édition et dont j’attends les réponses », souligne Mélissa Jacques.

Dans les livres, elle présente des histoires d’animaux provenant du Québec ou du Canada et elle leur trouve des aventures amusantes. Si certains livres sont plus faciles à écrire, d’autres lui demandent plusieurs recherches.

« Avec ce concept-là, on essaie de trouver des animaux moins communs. D’un livre à l’autre, je tente d’explorer et j’essaie de choisir des animaux ainsi que des univers différents. Les premiers ont été plus faciles à réaliser parce que nous les connaissons déjà bien comme la poule et son poulailler, mais les autres m’ont demandé un peu de recherche », mentionne l’artiste.

Dans son premier livre, le morse cherche ses amis tandis que dans son deuxième, l’abeille cherche sa reine. Les jeunes peuvent ainsi découvrir l’habitat des animaux du Grand Nord ainsi que la botanique, se réjouit Mélissa Jacques.

Un intérêt marqué

Dans chacun des livres, les jeunes retrouvent une phrase répétitive par page pour leur permettre d’apprendre et de pouvoir se référer à l’image. Il y a également une comptine à la fin de chaque tome en lien avec l’histoire sur des airs connus.

« Ce sont des livres faciles à lire pour ceux qui sont initiés à la lecture, mais aussi pour ceux qui éprouvent un peu plus de difficultés », croit-elle.

Dans les derniers mois, l’écrivaine a consacré moins de temps à l’écriture, mais se promène néanmoins dans les différents salons du livre. Elle peut ainsi constater l’intérêt des jeunes pour ses œuvres, mais également les lieux où ils sont lus.

« Dans nos livres, il y a toujours un verbe d’action pour faire bouger les amis. Lorsque je suis allée au Salon du livre de Montréal, j’ai vu que les jeunes commencent à connaître la collection. Ils me disent qu’ils l’ont en classe ou à la bibliothèque. Ils me disent qu’ils en ont un ou qu’ils le connaissent. On m’a aussi dit que c’était très bien en garderie. C’est un projet qui s’écrit bien et qui se fait vite. J’ai moins de temps, mais j’ai encore plusieurs projets en tête », conclut-elle.

Les livres sont disponibles dans toutes les librairies du Québec depuis le début du mois de février, dont la librairie Wilkie à Sorel-Tracy. Pour des informations sur les livres, les gens peuvent communiquer avec l’auteure sur sa page Facebook.

image