29 septembre 2017
L’auteur Louis Caron retourne en enfance pour l’écriture de son prochain roman
Par: Sarah-Eve Charland
L'auteur Louis Caron est grandement impliqué dans Octobre, le mois des mots à Sorel-Tracy. |  © TC Média - Sarah-Eve Charland

L'auteur Louis Caron est grandement impliqué dans Octobre, le mois des mots à Sorel-Tracy. | © TC Média - Sarah-Eve Charland

L’auteur d’origine soreloise Louis Caron s’inspirera de son enfance passée dans un chalet sur l’Île-aux-Fantômes à Sainte-Anne-de-Sorel pour pondre un de ses prochains romans.

Alors qu’il s’est inspiré à de nombreuses reprises d’épisodes historiques pour créer des fictions, il s’enthousiasme de travailler différemment pour son prochain livre.

Il mettra sur papier une histoire fictive basée sur son enfance sur l’Île-aux-Fantômes. Il a grandi à Sorel-Tracy, mais habite à Nicolet depuis quelques années.

« Je veux que ce soit mon grand livre, celui qui reste toujours au-dessus de la pile », affirme Louis Caron.

Ce qui n’est pas une mince tâche puisqu’il a remporté de nombreux prix au cours de sa carrière, dont le prix France-Québec Jean-Hamelin en 1982 pour son livre « Le Canard de bois », le prix Québec-Paris pour « L’Emmitouflé » en 1977 et le prix Ludger-Duvernay de la Société Saint-Jean-Baptiste pour l’ensemble de son œuvre en 1984.

« Ce livre racontera un peu ma découverte de la vie à l’âge de 12 ou 13 ans et du début de ma carrière. J’allais sur le toit du chalet. J’avais une feuille et j’y écrivais quelques lignes maladroites », se remémore-t-il.

Le personnage principal n’aura pas de nom « afin que le lecteur puisse s’y identifier ». Il aura une sœur avec qui il deviendra complice au fil des pages.

Le ton ressemblera à celui de son premier roman « L’Emmitouflé », paru en 1977, qui raconte la vie d’un homme de Nicolet se cachant afin d’éviter la guerre.

« Les personnages vont s’éloigner du monde pour en inventer un dans leur tête. […] Dans les îles de Sorel, il y avait beaucoup d’étoiles à l’époque. On était en pleine nature face à l’univers. C’était un paradis terrestre », souligne-t-il.

Une trilogie à compléter

Louis Caron a plusieurs projets sur la planche à dessin. Le manuscrit du deuxième tome de la trilogie « Le temps des bâtisseurs » se retrouve à l’étape de la relecture. Plusieurs éléments historiques doivent être validés, ajoute-t-il. L’ouvrage devrait paraître en 2018.

Le premier livre « Le temps des bâtisseurs : Le visionnaire » a été publié en 2015. Il lui reste à écrire le troisième tome.

Cette série s’inspire de l’héritage de ses ancêtres architectes dans la région. Selon M. Caron, ils ont collaboré à la construction d’une centaine d’églises pendant près d’un siècle à Sorel-Tracy et dans les environs. L’histoire se déroule à L’Islet dans le premier volet, se poursuit à Arthabaska dans le deuxième et se termine à Nicolet dans le dernier tome.

image