11 octobre 2019
L'organisme soufflera 20 bougies en octobre
L’Association des aidants naturels du Bas-Richelieu toujours aussi pertinente
Par: Katy Desrosiers

La coordonnatrice pour l'Association, Chantale Guérin, accompagnée de Monique Bisaillon et Johanne Gagné, deux membres. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

L’Association des aidants naturels du Bas-Richelieu fête ses 20 ans en octobre et depuis ses débuts, elle supporte et outille les gens qui s’occupent d’un proche malade. L’organisme soutient près de 150 membres et organise cette année différentes activités pour souligner leur implication.

En octobre 1999, Rosy Dupré, une aidante naturelle, a fondé l’Association avec d’autres femmes aidantes naturelles.

« Les aidants naturels, ce n’est pas juste quand la personne est dans la maison avec vous. […] Ça peut être une personne qui amène sa vieille tante à ses rendez-vous médicaux, qui va chercher ses médicaments et que ça prend deux heures par semaine. Ça peut aussi être quelqu’un qui a son conjoint dans sa maison 24 heures sur 24, sept jours sur sept », explique Chantale Guérin, coordonnatrice depuis 2013 pour l’Association.

Parmi les activités et services offerts, on compte des conférences, des ateliers, des suivis individuels avec une intervenante, du répit à domicile ou la halte-répit aux locaux de l’organisme.

Le répit à domicile permet aux aidants naturels de se reposer ou de sortir de la maison, alors qu’une accompagnatrice s’occupe de la personne malade pendant un bloc de quatre heures. Plusieurs blocs peuvent être attribués.

La halte-répit permet d’accueillir dans les locaux de l’Association les personnes malades afin que les aidants naturels puissent profiter de leur journée de pause. Ainsi, une journée par semaine, deux accompagnatrices accueillent jusqu’à 10 personnes pour des activités entre 9 h et 16 h. L’Association compte 17 accompagnatrices.

Une aide qui fait la différence

Johanne Gagné et Monique Bisaillon bénéficient toutes deux des services offerts. Mme Gagné s’occupe de son mari, atteint d’Alzheimer. « Je n’aime pas parler pendant les cafés-causeries, mais j’aime écouter. Ça m’enlève de la culpabilité dans ce que je vis parce que je ne suis pas toujours patiente. Je comprends des choses et je vois que je ne suis pas toute seule là-dedans et ça m’aide beaucoup à continuer », explique-t-elle.

Son mari et elle profitent aussi du service de répit à domicile. « Les accompagnatrices, tout leur temps est consacré à lui. Moi j’ai une surcharge. On vieillit nous aussi », ajoute-t-elle.

Au départ, Mme Bisaillon est venue à l’Association chercher des informations via les conférences. Puis, plus vite qu’elle ne le croyait, le besoin de répit est arrivé.

« On pense qu’on est bons et capables, puis on découvre qu’on a des limites et des besoins et on doit y être attentifs. Ce n’est pas toujours facile parce qu’on veut en faire le plus possible », souligne Mme Bisaillon.

« Présentement je vis quelque chose de très difficile avec mon conjoint. La maladie a dégringolé. C’est un jour à la fois et des remises en question. […] Même s’il a été relocalisé (et qu’il n’est plus à la maison), j’ai besoin de venir (à l’Association) et de me recentrer », ajoute-t-elle.

Des activités spéciales

Cet été, un pique-nique a été organisé pour souligner l’implication des membres. Un tirage de cartes-cadeaux de commerces liés au bien-être a été réalisé sur plusieurs mois.

Le 7 novembre prochain, un souper se tiendra au café-théâtre Les Beaux Instants afin de souligner les aidants naturels membres, ainsi que plusieurs personnes liées au développement de l’organisme à travers les années. Pour l’occasion, Grégory Charles présentera sa conférence musicale. L’achat du billet est obligatoire avant le 30 octobre.

L’Association des aidants naturels du Bas-Richelieu est située au 55, Place Fillion à Sorel-Tracy. Le numéro pour les rejoindre est le 450 730-0880.

image