10 octobre 2017
L’Association de la déficience intellectuelle cherche du financement
Par: Sarah-Eve Charland
Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le président de l’ADIRS, Jean Dumas, le président d'honneur, René Bergeron et la directrice générale de l’ADIRS, Julie Trudeau | Photo: TC Média - Sarah-Eve Charland

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le président de l’ADIRS, Jean Dumas, le président d'honneur, René Bergeron et la directrice générale de l’ADIRS, Julie Trudeau | Photo: TC Média - Sarah-Eve Charland

L’Association de la déficience intellectuelle de la région de Sorel (ADIRS) lance sa campagne de financement par le biais d’un souper-bénéfice, afin d’assurer la continuité de ses services.

Cette soirée se tiendra à la salle Jani-Ber le 4 novembre, à 17h. L’objectif est d’amasser la somme de 20 000$.

Selon la directrice générale de l’ADIRS, Julie Trudeau, les subventions du ministère de la Santé sont insuffisantes pour répondre aux besoins de l’organisme. « Nous avons eu la chance d’avoir des ententes de services qui ont permis de maintenir les activités de jour. Mais le budget de base n’a pas augmenté depuis 10 ans ».

L’organisme invite les participants à contribuer en argent, en cadeaux ou encore par l’achat de billets, comme l’a souligné le maire de Sorel-Tracy et animateur de la soirée, Serge Péloquin.

« Le souper s’avère un classique qui permet de rassembler les familles et les membres ».

Les organisateurs espèrent pouvoir augmenter la visibilité de l’organisme. C’est pourquoi ils ont fait appel au président de Construction Beaulieu et Bergeron, René Bergeron, afin d’assurer la présidence d’honneur. « Avec mes contacts dans la construction, je pourrai collaborer. Je pourrai contribuer à la communauté », a-t-il souligné.

Près de 300 personnes sont membres de l’ADIRS incluant des personnes ayant un spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle. L’organisme a pour mission de briser l’isolement.

Avec la collaboration de Sarah Elisabeth Aubry

image