18 décembre 2017
Demi-finale du gala World Combat Arena
Langlais touche le tapis trois fois en un round
Par: Deux Rives

Le Sorelois Mathieu Langlais n'a pas été de taille lors de son premier combat en kickboxing. (Crédit: Denis Germain)

Le Sorelois Mathieu Langlais n'a pas été de taille lors de son premier combat en kickboxing. (Crédit: Denis Germain)

Le Sorelois Mathieu Langlais n'a pas été de taille lors de son premier combat en kickboxing. (Crédit: Denis Germain)

Par Jonathan Tremblay

Mathieu Langlais s’est effondré à trois reprises en seulement 1 min 19 secondes lors de ses débuts en kickboxing contre le karatéka montréalais Jonathan Doucet, en demi-finale de la Série World Combat Arena Strickers, le 18 décembre au Casino de Montréal.

 

Langlais, surnommé le «Démolisseur», s’est dit surpris lorsque le premier coup de poing franc asséné par son adversaire a atteint son visage.

« Je me suis fait surprendre dès le début, a confié le combattant sorelois de 26 ans au journal Les 2 Rives après avoir repris ses esprits. Il [Jonathan Doucet] s’est bien timé quand j’ai tenté un coup de pied. Après, j’ai juste voulu me venger et j’ai baissé ma garde. La colère a pris le dessus. »

Mathieu Langlais a simplement cessé de se déplacer dans le ring après le premier assaut, rendant la tâche facile à Doucet. La seconde chute a été fatale, mais Langlais refusait d’abdiquer.

« La première fois qu’il m’a couché au tapis, je me sentais encore bien. Les deux autres, j’étais plus faible », a-t-il admis. C’est ainsi que Jonathan Doucet a su donner le coup de grâce pour mettre un terme au combat à 41 secondes de la fin du premier round.

Langlais ne croit pas que sa perte de poids ait été un facteur, se disant au sommet de sa forme. C’est en faisant osciller la balance à 200 lb que le protégé de Pascal Chambodie a fait le poids de la pesée officielle, la veille du combat, soit près de 30 lb de moins que son poids habituel.

Une première expérience en kickboxing

Le pugiliste sorelois en était à son premier duel dans cette formule qui requiert un minimum de huit coups de pied par round. Celui qui s’entraîne au Gladiateur Fight Club de Mirabel avait disputé trois combats en arts martiaux mixtes chez les professionnels, récoltant au passage une victoire. Son dernier combat remontait au 15 octobre 2016. Langlais avait alors cédé la victoire par soumission à Virgile Beaulieu au premier round de la carte principale, à Montréal. Chez les amateurs, sa fiche était de 15-2.

Son adversaire, le karatéka Jonathan Doucet, en était pour sa part à son deuxième gala professionnel de WCA. Il avait préalablement disposé de l’américain Edwin Jr. Rivera par décision unanime le 18 octobre, en plus de cumuler une expérience de six combats amateurs de ce type. Le Montréalais a également mérité un titre mondial de kickboxing en 2012 et a été membre de l’équipe canadienne championne de combats partagés cumulatifs lors du World Kickboxing Council la même année.

Malgré sa preuve de résilience et le fait qu’il ne soit pas trop mal en point, Mathieu Langlais a souligné qu’il prendrait quelques mois de repos avant de remettre les pieds dans un ring ou dans un octogone.

Le cabaret du Casino de Montréal a en toute apparence fait salle comble pour la deuxième édition de cette formule professionnelle.

À lire aussi: Langlais se fait surprendre au premier round

image