29 septembre 2017
L’ancienne prison devant un avenir incertain
Par: Sarah-Eve Charland
L’ancienne prison est actuellement vide | TC Média - Archives

L’ancienne prison est actuellement vide | TC Média - Archives

La Société québécoise des infrastructures (SQI) compte se départir du bâtiment de l’ancien centre de détention de Sorel-Tracy sur le boulevard Poliquin.

« Il nous sera officiellement rétrocédé prochainement. Ce sera un édifice excédentaire. On va regarder les scénarios pour s’en départir. […] Pour le moment, il n’y a pas de besoin », souligne le porte-parole de la SQI, Martin Roy.

Il n’a pas voulu se prononcer sur les différents scénarios possibles. Il est difficile d’établir ce qu’il en adviendra. « La prison à Chicoutimi est fermée depuis deux ans. On a fait plusieurs appels d’offres, mais personne ne s’est montré intéressé », mentionne M. Roy.

Le transfert des personnes incarcérées vers le nouvel établissement s’est déroulé le 6 septembre. Le tout a eu lieu sans incident, selon la chef d’équipe des relations de presse du ministère de la Sécurité publique, Alexandra Paré.

À ce moment-là, la population carcérale s’élevait à 90 personnes. Au 12 septembre, on comptait 103 personnes incarcérées au nouvel établissement de détention.

« À l’instar de l’intégration graduelle d’autres nouveaux membres du personnel, la population carcérale sera graduellement augmentée au cours des prochains mois », ajoute Mme Paré.

Au moment de l’annonce de la construction de la nouvelle prison en 2010, le gouvernement avait mentionné que le nouveau centre remplacerait les établissements de Sorel-Tracy et de Valleyfield.

Quelques mois après l’annonce, le gouvernement a tout de même décidé de fermer le centre de Valleyfield. Les détenus ont été transférés à Montréal. Le ministère de la Sécurité publique a tout de même justifié la construction d’un nouveau centre à Sorel-Tracy.

« Au cours des 10 dernières années, on a constaté une grande augmentation de la population carcérale. On a donc besoin de toutes les places disponibles », assure Mme Paré.

À ce jour, 165 personnes sont employées au centre de détention de Sorel-Tracy. En comparaison, l’établissement en comptait 104 le 31 décembre 2015. À terme, il est prévu que 225 personnes y travailleront.

image