15 mars 2016
L’ancien maire Réjean Dauplaise se languit de la politique active
Par: Julie Lambert
Le maire de Sorel-Tracy de 2009 à 2013, Réjean Dauplaise. | Photo: TC Média – Sarah-Eve Charland

Le maire de Sorel-Tracy de 2009 à 2013, Réjean Dauplaise. | Photo: TC Média – Sarah-Eve Charland

Chaque semaine, le Journal présentera une entrevue avec un personnage ayant marqué le milieu régional par son implication ou ses actions. Cette semaine, on a rencontré l’ancien maire de Sorel-Tracy, Réjean Dauplaise, qui dit profiter de la retraite, mais s’ennuyer de la politique active.

Publicité
Activer le son

Depuis plus de deux ans, le retraité de la Garde côtière profite maintenant de son temps pour s’occuper de sa maison, de sa famille, pour pratiquer le golf et pour participer à des activités offertes pour les gens de l’âge d’or. Le septuagénaire s’occupe aussi de l’administration d’un édifice public.

Maire de 2009 à 2013 et conseiller municipal pendant 17 ans, Réjean Dauplaise a quitté à contrecœur son rôle à l’hôtel de ville de Sorel-Tracy, lui qui aurait aimé avoir un autre mandat de quatre ans pour compléter des projets mis en branle sous sa gouverne, souligne-t-il.

Le plus difficile après sa défaite en 2013 contre l’actuel maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a été de ne plus être dans le feu de l’action et au cœur des décisions importantes, avoue-t-il.

« Quand je suis sorti de la politique après 17 ans, je suis tombé devant rien. Personne n’est venu me voir pour me proposer de rester impliqué. J’avais un emploi que j’ai laissé pour la politique parce que j’aimais ça », souligne-t-il.

Cela ne l’empêche pas de se tenir informé des développements de la municipalité qu’il a dirigée avec l’aide de l’administration municipale pendant quatre ans.

Il rencontre des personnes à plusieurs occasions lors de ses sorties et discute avec elles de ce qui se passe à Sorel-Tracy et des dernières nouvelles concernant les projets qu’il a aidé à mettre sur pied.

Selon l’ancien maire, son remplaçant fait du bon travail. Il souligne toutefois que plusieurs projets sur la table de la municipalité dans les deux premières années de mandat du maire Péloquin comme les rénovations de la Marina de Saurel et du marché Richelieu ainsi que l’implantation de l’entreprise Canac ont commencé sous sa gouverne.

« Je trouve que ça va bien, je ne peux pas critiquer son ouvrage [NDLR: celle de Serge Péloquin]. Le conseil a l’air moins divisé qu’à mon époque. C’est ce qui a été très difficile pour faire avancer les projets », regrette-t-il.

S’il y a un projet qu’il aurait voulu voir se réaliser pendant son règne, c’est bien celui de relier la Marina de Saurel avec le parc Regard-sur-le-Fleuve.

« J’avais de beaux projets, mais je pense avoir commencé à l’envers. Au lieu d’attendre d’avoir les fonds, j’aurais dû aller de l’avant. Si c’était à refaire, je m’y prendrais autrement », conclut-il.

image