25 avril 2018
L’AFC du lac Saint-Pierre en eaux troubles
Par: Sarah-Eve Charland
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Les pêcheurs se sont plaints du peu de services de l'AFC du lac Saint-Pierre. (Photo : Archives)

Alors que les associations de pêcheurs se plaignent du peu de service fourni par l’Aire faunique communautaire (AFC) du lac Saint-Pierre, l’organisation a annoncé la mise en place d’un nouveau plan d’action le 24 avril.

La séance extraordinaire du 24 avril avait pour objectif de changer la constitution du conseil d’administration. Le nombre de membres est passé de 22 à 10.

« Avec 22 membres, il y en avait plusieurs qui n’étaient pas intéressés. Il y avait beaucoup d’absentéisme. On avait de la difficulté à remplir le quorum. Ça n’enrichissait pas l’organisation. Avec le nouveau conseil, on a des gens impliqués. C’est très encourageant », affirme l’administrateur Gérard Massé.

La nouvelle administration en a profité pour annoncer le nouveau plan d’action qui est présentement en analyse auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

« Le ministère a accordé la gestion du lac Saint-Pierre à notre organisation. Ça prend un plan d’action, mais ça faisait plusieurs années que nous n’en avions pas. L’ancienne administration ne l’avait pas élaboré. Le plan d’action est déposé au ministère. On attend son cautionnement pour le rendre public. On espère pouvoir le dévoiler pour l’Assemblée générale en juin », explique M. Massé.

L’AFC éprouve aussi quelques difficultés à effectuer les patrouilles sur le lac Saint-Pierre comme le suggère sa mission. Le recrutement des auxiliaires de la faune pour les patrouilles s’avère ardu. Ces derniers quittent souvent rapidement pour des meilleures conditions de travail auprès du gouvernement du Québec.

« On les forme et on les voit partir. On est déçu, c’est certain. Ça nous handicape un peu. Ça ne nous empêche pas de fonctionner, mais ça ne nous aide pas. On est toujours en mode recrutement », ajoute M. Massé.

Des pêcheurs mécontents

L’Association des chasseurs et pêcheurs de Sainte-Anne-de-Sorel et l’Association des pêcheurs du lac Saint-Pierre ont manifesté des insatisfactions de la gestion de l’AFC. Les pêcheurs dénoncent devoir payer un permis de pêche supplémentaire, de 25$, pour une saison de pêche raccourcie. Depuis 2009, la saison de pêche a été réduite de deux semaines à l’automne.

« L’AFC n’a jamais rien fait. Elle doit s’assurer de la pérennité de la source pour la pêche, mais on ne voit aucune action. Il y a des AFC qui fonctionnent bien et qui mettent en place des projets d’aménagement, ce qui n’est pas le cas ici », dénonce le président de l’Association des pêcheurs du lac Saint-Pierre, Jean Lévesque.

L’administrateur de l’AFC, Gérard Massé, a justifié l’octroi d’un permis supplémentaire. « L’AFC doit gérer le lac Saint-Pierre. Ça prend des sous pour le faire. Il y a une très forte pression de pêche. On doit faire respecter la réglementation pour gérer les poissons à long terme. Dans les années passées, on a protégé les sites de frai du doré. »

De son côté, le président de l’Association des chasseurs et pêcheurs de Sainte-Anne-de-Sorel, Martin Guimond, a recueilli les insatisfactions de l’ensemble de ses membres. Une pétition a circulé cet hiver. Près d’une centaine de personnes ont manifesté une frustration.

« Je crois que le mécontentent a été entendu. L’AFC voulait démontrer qu’elle changeait. On va prendre le temps d’analyser le plan d’action avant de se prononcer », maintient M. Guimond.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs avait quatre représentants sur le conseil d’administration. Le nombre de représentants est ensuite passé de quatre à un. La Fédération a finalement choisi de complètement se retirer du conseil d’administration, le 24 avril.

« Ce n’est pas un dossier provincial. On croit qu’on doit laisser notre place à une association locale. L’AFC représente les pêcheurs. Il est donc normal qu’il y ait un représentant du milieu. On n’est pas content que l’organisation ait diminué le nombre de pêcheurs sur le conseil. Il devrait y en avoir au moins du nord et du sud du lac Saint-Pierre », mentionne le président de la Fédération, Marc Renaud.

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, avait aussi dénoncé l’inertie de l’organisme en quittant son poste d’administrateur en juillet 2017. Il représentait la MRC de Pierre-De Saurel au conseil. Il avait affirmé que l’AFC ne remplissait pas son mandat de favoriser les initiatives visant l’acquisition de connaissances sur la ressource et l’amélioration des conditions des habitats aquatiques.

image