7 juillet 2020
Laboratoire de synthèse démantelé en Estrie : un Sorelois arrêté
Par: Jean-Philippe Morin

Emmanuel Pereira, de Sorel-Tracy, a été arrêté le 27 juin. Photo gracieuseté/SQ

Emmanuel Pereira, de Sorel-Tracy, fait partie des quatre personnes arrêtées le samedi 27 juin relativement au démantèlement d’un des plus gros laboratoires de synthèse de l’histoire du Québec.

Publicité
Activer le son

L’homme de 46 ans a comparu le lundi 29 juin, au palais de justice de Sherbrooke, pour faire face à plusieurs chefs d’accusation, dont production de méthamphétamines entre le 8 avril et le 26 juin à Danville, trafic de stupéfiants et possession de méthamphétamines, MDMA (ecstasy) et cocaïne dans le but d’en faire le trafic.

Il est aussi accusé de recel de plus de 5000 $ en plus de plusieurs accusations liées à la possession d’armes prohibées. Selon le Journal de Montréal, dans une des perquisitions effectuées le 27 juin, la Sûreté du Québec a saisi 144 000 $ en argent comptant ainsi qu’une arme de poing chargée et munie d’un silencieux dans sa résidence du chemin Saint-Roch, à Sorel-Tracy.

Emmanuel Pereira a un lourd passé judiciaire. Il a dû se rendre au tribunal à plusieurs reprises dans les années 1990 et 2000, notamment pour des affaires de vols.

Opération délicate

Ce laboratoire serait l’un des plus gros ayant été démantelé au Québec. Parmi ce qui a été saisi, on note environ 260 kg d’une substance qui aurait permis la fabrication de plus de 20 millions de comprimés de méthamphétamine, en plus de 2,5 kg de cocaïne, l’équivalent d’un million de dollars de biens saisis à titre de biens infractionnels, des armes à feu et environ 140 000 $ en argent canadien.

L’intervention menée par la Sûreté du Québec a duré huit jours étant donné les substances volatiles manipulées et les risques d’explosion. Deux remorques 53 pieds ont été nécessaires afin de transporter tout le matériel saisi.

L’enquête sur remise en liberté d’Emmanuel Pereira a eu lieu le 6 juillet dernier. Il demeurait détenu jusqu’à cette date, tout comme Roxanne Savard, une coaccusée. Les deux autres personnes arrêtées, Roxanne Turgeon-Strauss et Alexandre Beaucage, ont été libérées pour la suite des procédures, mais font aussi face à plusieurs chefs d’accusation.

image