9 mai 2018
Développement commercial à Sorel-Tracy
La Ville mise sur les loisirs et la culture pour aider les commerçants
Par: Julie Lambert

Le maire Serge Péloquin (Photo : Pascal Cournoyer)

Les commerçants du centre-ville avaient déploré il y a deux ans la disparition du poste de commissaire au développement commercial à la Ville de Sorel-Tracy. Depuis, plusieurs autres services comblent cette chaise laissée vide, assure la Ville, qui s’occupe de mettre en place des activités ou des règlements municipaux afin d’aider les entrepreneurs de la région.

Questionné par le journal Les 2 Rives après la fermeture de certains commerces culturels et la pertinence d’avoir une personne qui crée un pont entre les commerçants et la Ville, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a expliqué que le poste de commissaire au développement commercial devait évoluer afin de mieux correspondre à ce que désirait mettre en place la municipalité pour ses commerçants.

« Ce modèle de commissaire était périmé. Je ne pense pas qu’il y a eu un vide ou un manque. Ce sont des raisons d’affaires, on ne peut pas s’ingérer dans ces décisions d’affaires. Ce n’est pas notre rôle. Les personnes qui ont frappé à notre porte ont toujours été accueillies ou écoutées », affirme-t-il.

Les tâches ont été réparties entre les services d’urbanisme, des loisirs et de la culture après une analyse de la pertinence de maintenir le poste alors que la Ville faisait face à des compressions budgétaires gouvernementales.

« On l’avait mis en place pendant un an pour voir quel type de dossiers on allait traiter. […] Cela nous a montré que le rôle de la municipalité était d’accompagner les entrepreneurs plus au niveau des règlements », mentionne le maire Péloquin.

Prendre la relève

Le service d’urbanisme a donc pris cette tâche et la Ville a mis en place des assemblées publiques du conseil aux deux semaines afin de gagner plus de rapidité dans l’octroi de permis ou les demandes de dérogations mineures.

Au niveau des services des loisirs et de la culture, la Ville a augmenté son budget à 13 M$, affirme Serge Péloquin, afin de créer de l’animation dans les différents secteurs de la Ville. Selon lui, les commerçants peuvent ainsi profiter de cet achalandage.

« On a mis cet argent dans l’animation des quartiers comme le centre-ville. Notre rôle est de supporter des événements qui amènent des gens dans les lieux comme le Festival de la gibelotte ou les fêtes du 375e anniversaire. Les gens vont consommer et cela va créer de l’activité », soulève-t-il.

La Ville soutient également plusieurs organismes qui viennent en aide aux entrepreneurs de la région, ajoute le maire Péloquin, comme la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) Pierre-De Saurel ou le Centre local de développement (CLD) Pierre-De Saurel. Ces derniers ont des personnes en place afin de répondre aux besoins des commerçants également, assure-t-il.

Un pouvoir attractif

Le maire assure que les commerçants auront plusieurs occasions au cours de la prochaine année de voir une manne de touristes profiter des attraits de la municipalité, surtout au centre-ville. La Ville a poussé des projets d’envergure, comme le Centre des arts contemporains du Québec, pour attirer des gens de partout en province.

La Ville a aussi en place des programmes pour soutenir ses entrepreneurs dont un programme de rénovation pour les bâtiments patrimoniaux et les congés de taxes pour les constructions neuves répondant aux normes novoclimat.

« Tout le monde joue son rôle correctement. On comprend très bien les commerçants qui mettent beaucoup d’énergie et d’efforts dans le développement de leur entreprise. On salue d’ailleurs leurs efforts. Nous, on leur donne l’accompagnement. Le reste, ce sont les commerçants qui doivent le faire en mettant en place des incitatifs afin de faire entrer les gens dans leurs boutiques », conclut le maire.

image