24 novembre 2020
Échos du conseil de ville de Sorel-Tracy du 16 novembre
La Ville injecte 40 000 $ pour le développement culturel
Par: Katy Desrosiers

La Ville de Sorel-Tracy signera une entente triennale de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications. Photothèque | Les 2 Rives ©

Lors du conseil de ville de Sorel-Tracy du 16 novembre, le maire Serge Péloquin et les conseillers ont accordé un montant de 40 000 $ dans le cadre d’une entente triennale de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications.

Publicité
Activer le son

Un montant de 100 000 $ devra être investi par la Ville pour toute la durée de l’entente de trois ans.

Le conseil a pris la décision en considérant que la signature d’une telle entente est un levier financier important pour le développement de la culture en raison de la participation financière du ministère à la hauteur de 60 % des frais admissibles.

Aménagement scolaire

La fermeture du boulevard Cournoyer à certains moments de la journée sera finalement prolongée. La mesure permet aux jeunes de l’École Saint-Jean-Bosco de bénéficier de plus d’espace extérieur lors des récréations en temps de pandémie. La suspension de la circulation est en vigueur seulement les jours de classe. La fermeture est conditionnelle à certains aménagements physiques comme l’installation de clôtures amovibles fournies par l’école. La décision sera révisée en temps et lieu, selon l’évolution de la crise sanitaire. Rappelons que le conseil d’établissement avait fait circuler une pétition, signée par plus de 1000 personnes en quelques jours, à la suite du refus de la Ville de prolonger au-delà du 15 novembre la fermeture du boulevard à la circulation automobile en face de l’école.

Également, sur le boulevard Fiset près de la rue Limoges, des panneaux seront apposés pour indiquer la présence d’un corridor scolaire. Aussi, il y aura du lignage peint au sol. Le tout est effectué pour assurer la sécurité d’élèves de l’École Maria-Goretti qui doivent traverser le boulevard à cet endroit pour se rendre à l’école.

Hausse de l’amende du remorquage

Le conseil a adopté une modification de règlement qui augmente l’amende relative au remorquage d’un véhicule. Le conseiller Patrick Péloquin a expliqué que ce n’est pas pour rendre l’amende plus sévère, mais bien pour couvrir l’augmentation du tarif du fournisseur. En effet, l’an dernier, le fournisseur demandait 80 $ par remorquage. L’amende était de 100 $ plus les frais de 50 $, fixés par le gouvernement du Québec. Cette année, le fournisseur demande 130 $ par remorquage, donc l’amende est passée à 149 $, plus les frais de 51 $.

En lien avec le remorquage, la Ville doit payer une entreprise de sécurité qui travaille de pair avec les remorqueurs. C’est pour couvrir tous les frais de la Ville pour le remorquage que le conseil a autorisé l’augmentation de l’amende.

Rassemblements à l’ancien Métro

Un citoyen a questionné le conseil concernant des rassemblements de personnes en situation d’itinérance derrière l’ancien Métro de la rue Guévremont. Celui-ci, qui habite la rue Provost, souligne aussi que des choses disparaissaient dans les alentours. Il a signalé le tout, mais rien ne se passe.

Le maire affirme que l’endroit à l’arrière où se trouvait l’arrivée des camions de livraison peut être un lieu où des jeunes et des gens en situation d’itinérance peuvent se cacher ou faire des abris temporaires.

Le directeur général de la Ville, Karl Sacha Langlois, a conseillé au citoyen de contacter les policiers pour qu’ils interviennent. Si la situation ne se règle pas, la Ville tentera de contacter les propriétaires pour corriger la problématique et sécuriser l’endroit.

image