5 mars 2018
La Ville fournira 90 000$ au Festival de la gibelotte
Par: Jean-Philippe Morin

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a été préféré au maire de La Prairie, Donat Serres, sur le conseil d'administration de l'UMQ. (Photo: Jean-Philippe Morin)

Dans une courte résolution adoptée à l’unanimité le lundi 5 mars lors du conseil de ville de Sorel-Tracy, les élus sorelois ont annoncé que la Ville versera 90 000$ au Festival de la gibelotte pour son édition 2018.

À lire aussi: Le Festival de la gibelotte devient le Gib Fest

L’an dernier, le conseil avait également donné 90 000$, mais 65 000$ en aide financière et 25 000$ pour éponger la marge de crédit. Cette année, cette clause n’existe pas.

Les employés municipaux de la Ville fourniront encore du soutien technique au Festival, comme par les années précédentes. Ce soutien technique, tout comme la demande concernant les fermetures de rues, sera adopté dans une résolution sous peu.

Le président du Festival, Jean-Pierre Groulx, s’est dit satisfait de cette entente. « Quand on a élaboré notre plan d’avoir un nouvel ADN pour le Festival, on a senti les élus et employés municipaux très réceptifs. C’est très positif. Les membres du c.a. ont fait une belle job de présentation, on a fait nos devoirs. On est contents de voir que la Ville embarque avec nous. »

Plusieurs rencontres ont eu lieu dans les dernières semaines entre la Ville et le conseil d’administration du Festival de la gibelotte. Le maire de Sorel-Tracy, en entrevue après le conseil de ville, se réjouissait du dynamisme de la nouvelle administration. Il n’a pas manqué de lancer une flèche à l’ancien c.a.

« On sent vraiment qu’on travaille avec eux. Ce qui n’était pas là dans le passé. Dans le passé, les gens venaient chercher le chèque, foutaient le camp et on ne les voyait plus. […] Il y a cette volonté de collaborer et de travailler ensemble », a-t-il souligné, en rappelant que la Ville était le plus important partenaire du Festival.

« Habituellement, les municipalités participent à 6% du budget de l’événement. Sur un budget de 600 000$, on donnerait 36 000$. Nous, on décide d’investir plus, parce qu’en grande partie, la majorité des spectacles sont gratuits. C’est une fête importante, on veut que ça se poursuive, donc ça vaut le coup de dire qu’on va mettre un peu plus », ajoute-t-il.

Encore des dettes

La marge de crédit du Festival est établie à ce jour à 125 000$. Il y a également plus de 90 000$ de factures impayées sur le compte de l’organisation, ce qui amène les dettes à plus de 210 000$.

« On souhaite qu’ils fassent des profits pour qu’ils puissent diminuer leur dette, commente Serge Péloquin. Ça, c’est l’exercice. On ne leur a pas obligés à mettre de l’argent pour l’éponger puisque selon leurs projections, ils vont dégager des profits cette année. Ils semblent de bonne foi. On ne les a pas squeezés sur rien; on leur fait confiance et on travaille ensemble. Il faut maintenant qu’ils poursuivent à démontrer leur sérieux. »

« Il y aura un festival, on souhaite qu’il fasse beau, qu’ils réussissent. Tout le monde veut qu’ils réussissent, tout le monde veut ça! », conclut Serge Péloquin.

Le Festival de la gibelotte 2018 aura lieu du 6 au 14 juillet.

image