24 septembre 2018
Aux candidats aux élections provinciales dans Richelieu
La Ville de Sorel-Tracy dresse sa liste d’épicerie
Par: Jean-Philippe Morin

Le maire Serge Péloquin adresse huit demandes au prochain député de Richelieu élu le 1er octobre. (Photo : Pascal Cournoyer)

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, adresse huit demandes au prochain député de Richelieu qui sera élu le 1er octobre prochain. Comme plusieurs dossiers municipaux ont besoin d’être poussés au provincial, M. Péloquin espère les voir se réaliser.

1- Santé

Le maire Péloquin a déjà milité en faveur de la décentralisation des services dans les hôpitaux. « On veut le retour des pouvoirs décisionnels dans notre hôpital. Ce sont les intervenants locaux qui doivent gérer leur propre hôpital, pas de dirigeants à Longueuil. Je souhaite aussi voir les syndicats décentralisés et non regroupés au même endroit. On va toujours militer pour le maintien de nos services ici à Sorel-Tracy », plaide-t-il.

2- Infrastructures sportives

Avec les deux projets majeurs de la Ville de Sorel-Tracy présentement en processus d’étude, soit le complexe aquatique et le terrain synthétique, M. Péloquin espère voir le député aller chercher des subventions pour qu’ils se réalisent. « Quand les plans et devis seront complétés, on aimerait que la Ville de Sorel-Tracy ait accès à du financement comme d’autres villes ont eu accès dans des projets semblables », espère-t-il.

3- Transport des personnes et des marchandises

La Ville de Sorel-Tracy a présentement soumis une demande au ministère des Transports du Québec pour pondre une étude sur la mobilité sur le territoire. Si cette demande est acceptée, la Ville pourra lancer un appel d’offres et commencer l’étude, qui inclut le prolongement de l’autoroute 30, un pont entre Sorel-Tracy et Lanoraie ainsi que plusieurs autres aspects en termes de mobilité dans la ville. Le maire souhaite que cette étude soit financée en grande partie, voire en totalité, par Québec. « Comme les routes touchées par cette étude sont de juridiction provinciale, on veut que cette étude soit financée à 75, 80 ou même 100% par Québec », lance M. Péloquin.

4- Retour de services gouvernementaux

Le maire Péloquin dénonce que plusieurs services gouvernementaux ont quitté la région au fil des années. « On a perdu le bureau du ministère des Transports. Chaque fois qu’il faut leur parler, il faut aller à Châteauguay, ça éloigne les communications. Le bureau du Centre local d’emploi, sur le boulevard Fiset, est passé de 52 employés à 14. Les dossiers qui ont été transférés ailleurs sont ceux d’employés ayant des contraintes sévères à l’emploi. Ils ont gardé le service aux entreprises et ceux qui désirent retourner à l’école. La perte de services gouvernementaux nous a fait mal à Sorel-Tracy », croit Serge Péloquin.

5- Main-d’œuvre

La Ville de Sorel-Tracy espère que le prochain député mettra de l’avant l’éducation et la formation afin de répondre aux besoins des entreprises de la région qui manquent de main-d’œuvre à l’heure actuelle. « On a besoin de gens en métallurgie. Il faut donner les formations nécessaires, favoriser l’éducation et faciliter l’immigration », espère Serge Péloquin.

6- Environnement

Du côté environnemental, M. Péloquin considère qu’il faut alléger la Loi sur la conservation des milieux humides et hydriques. Selon lui, cette loi est trop sévère et trop coûteuse. « Le ministère de l’Environnement doit trouver des mécanismes pour accélérer les processus d’implantation d’entreprises afin que les entrepreneurs qui désirent s’installer reçoivent leur certificat de conformité plus rapidement. On peut être capable de respecter l’environnement, mais accélérer l’implantation des entreprises. Je pense notamment à CANAC, sur le boulevard Poliquin, qui a été obligé de compenser en injectant plus d’argent. De plus, je souhaite que Québec finance la décontamination de certains terrains contaminés qui permettraient d’implanter des entreprises. Finalement, il faudrait que le gouvernement continue de travailler avec les municipalités afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre », énumère-t-il.

7- Transport collectif

À l’instar de Saint-Hyacinthe, Saint-Jérôme et Joliette, entre autres, la Ville de Sorel-Tracy ne fait pas partie de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), ce qui pourrait faire exploser les coûts de transport collectif en autobus, croit Serge Péloquin. « Pour que nos citoyens prennent l’autobus, ça va leur coûter plus cher que ceux de Contrecœur, par exemple, qui eux font partie du CMM. On souhaite que le ministère des Transports aide les villes clientes comme nous, mais aussi Saint-Hyacinthe et les autres qui ne font pas partie du CMM », explique Serge Péloquin.

8- Logement social

Le Programme de supplément au loyer (PSL) aide grandement les locataires et propriétaires de logements sociaux dans la région, applaudit Serge Péloquin, qui souhaite qu’il y ait plus de PSL à Sorel-Tracy. « Présentement, on a une liste de 150 noms de personnes qui attendent d’avoir un logement social. Il s’en libère une centaine par année. L’attente est d’environ trois ans. En augmentant le nombre de PSL, il y aura moins d’attente pour ces gens », conclut le maire de Sorel-Tracy.

image