19 octobre 2015
La Ville de Sorel-Tracy demande qu’un service minimum soit mis en place
Par: Julie Lambert
Des citoyens dénoncent la hausse des tarifs du traversier. | TC Média - Archives

Des citoyens dénoncent la hausse des tarifs du traversier. | TC Média - Archives

Le conseil de ville de Sorel-Tracy déposera ce soir, en séance extraordinaire, une demande au gouvernement afin qu’un service minimum soit mis en place pour les usagers du traversier Sorel-Tracy – Saint-Ignace-de-Loyola, obligés de faire un détour en raison d’une grève générale illimitée en vigueur depuis plus d’une semaine.

Publicité
Activer le son

Selon le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, cette résolution sera envoyée au ministre du Travail, à la Commission du travail et à la Société des traversiers du Québec afin qu’une solution soit trouvée pour accommoder les travailleurs sur les deux rives.

En ce moment, ils doivent faire des détours vers Trois-Rivières ou Montréal pour traverser ce qui est injuste, souligne M. Péloquin. Il déplore qu’à Québec et Lévis, des transports en autobus ont pu être mis en place alors qu’ici, aucune alternative n’a été proposée.

« Notre requête a pour but de faire savoir à tous les intervenants que plusieurs points sont injustes. L’interruption est totale et cela crée des problèmes. On demande : pouvez-vous mettre ce service essentiel ou un minimum de traversées, par exemple entre 6h et 8h ainsi qu’entre 16h et 20h, pendant la durée de la grève? », mentionne M. Péloquin.

Le maire ne veut pas s’ingérer dans les négociations, mais il espère que le souhait de la municipalité, ainsi que celui de Berthierville et Saint-Ignace-de-Loyola qui voteront la même résolution, sera entendu et que les deux parties présentement en négociation en prendront connaissance.

« On comprend les demandes des employés et leur droit à la grève s’est fait en toute légalité. On aimerait que cela arrive sur la table du syndicat et de l’employeur pour qu’ils en discutent. On veut qu’ils en viennent à une entente rapidement ou nous fassent savoir au moins comment on peut s’organiser dans la situation actuelle », ajoute M. Péloquin.

Une semaine sans traverse

Les usagers devront prendre leur mal en patience puisque le conflit ne sera vraisemblablement pas réglé avant la fin de la semaine. La STQ a rompu les négociations avec ses employés en grève cette fin de semaine après deux jours de discussions.

L’employeur est en attente, souligne son porte-parole Marc Gendreau. « Nous avons bonifié la première offre et nous avons négocié, mais cela n’a pas fonctionné. Les employés passeront au vote dans chacune des traverses. Nous attendons de voir ce qui va se passer avant de voir plus loin. »

La porte-parole du Syndicat des Métallos, Claire-Andrée Gouchy, souligne qu’aucun commentaire ne sera émis pendant la présentation de la nouvelle offre patronale à l’ensemble de ses membres au cours de la semaine.

« L’ensemble de nos membres prendra connaissance de cette proposition en assemblée générale. Les résultats seront connus après les rencontres à Sorel-Tracy et Québec au plus tard vendredi matin. »

À lire aussi:

– Les usagers se sentent pris en otage

– Les syndiqués forcent l’arrêt complet du traversier

– « On fera la grève tant que ce sera nécessaire » – Sylvain Cournoyer

image