2 mars 2017
La Ville de Saint-Joseph-de-Sorel commande une étude sur un nouveau tracé
Par: Louise Grégoire-Racicot

Le conseil municipal de Saint-Joseph-de-Sorel poursuit son projet d’implanter une route industrielle privée sur laquelle circuleraient les camions lourds desservant essentiellement les Forges de Sorel. Il reproche au député Sylvain Rochon d’en avoir entravé la réalisation et en appelle au ministre Martin Coiteux. pour qu’il donne son aval au projet.

Les élus ont commandé le 20 février, une étude de faisabilité d’un nouveau tracé de route passant à l’ouest de la Ville plutôt qu’à l’est, comme le prévoyait un premier projet déposé en décembre 2016 devant la Commission de l’aménagement du territoire du Québec.

Ce projet avait été retiré à la demande du député Sylvain Rochon, une décision qui a insulté le conseil municipal.

De fait, le projet de loi d’intérêt privé n’avait rien à voir avec le tracé. La Ville voulait obtenir la permission d’injecter des fonds dans une route privée, ce que la loi actuelle lui interdit.

Aujourd’hui, camions lourds et fardiers empruntent le secteur résidentiel pour rejoindre l’autoroute 30. Un tracé qui menace la sécurité de ses citoyens, dit le conseil.

Un nouveau tracé

Le nouveau tracé (et ses coûts) que veut étudier Saint-Joseph, est préconisé par Les Forges de Sorel, principal utilisateur et bénéficiaire de cette route.

Un tracé beaucoup plus dispendieux que le précédent, a expliqué le maire Olivar Gravel.

« Car on devrait déplacer des installations privées et publiques: des postes électriques, des pylônes électriques d’Hydro-Québec, une voie ferrée du CN et un cimetière. »

Le conseil soumettra les résultats de cette étude aux Forges de Sorel, afin de discuter de sa réalisation et probablement d’un partage des coûts pour la compléter.

La Ville compte bien défendre son projet devant la commission parlementaire en mai ou juin.

Ils dénoncent le député Rochon et en appellent au ministre Coiteux

Les élus accusent Sylvain Rochon d’avoir bloqué la discussion sur le projet de loi d’intérêt privé autorisant la construction d’une route industrielle privée dans leur ville. Ils en appellent au ministre Martin Coiteux pour faire avancer le dossier.

Dans une lettre au ministre, le conseil réclame que le projet de loi soit entendu en commission parlementaire en mai ou juin.

M. Rochon a exercé des pressions indues sur la députée parrainant le projet de loi et sur le ministre pour qu’il soit retiré de l’ordre du jour de la commission parlementaire qui devait l’étudier, en décembre dernier, lit-on dans la lettre. « L’intervention et l’initiative personnelle et inopinée du député de Richelieu la veille de la Commission parlementaire nous a empêché de défendre notre projet », avance le maire Olivar Gravel.

Aussi, le conseil qualifie-t-il les motifs de M. Rochon de « personnels, électoralistes et découlant principalement d’interventions privées sollicitées et de politiques. »

Terminal maritime, l’une des deux industries visées par le projet, a même réitéré, malgré des pressions de l’attaché politique de M. Rochon, son accord au projet. Elle l’a fait la veille de la Commission parlementaire, insiste le maire Olivar Gravel dans la lettre.

Quant à la Ville de Sorel-Tracy, elle n’aurait pas donné suite à une demande de rencontre quelques jours avant la tenue de la Commission, y lit-on.

Appel aux citoyens

@R:Le conseil fera aussi parvenir une lettre à ses contribuables les informant de son intention d’aller de l’avant avec ce dossier. Il leur demande de l’appuyer et de le faire savoir publiquement.

« Il s’agit d’une question de sécurité pour les citoyens, les enfants et les usagers du CPE, de l’école primaire, de l’aréna, des aînés, de la piscine, etc », conclut le maire.

Le député Rochon réagit

Appelé à commenter, M. Rochon se réjouit de la demande d’une étude sur un deuxième tracé.

Il a demandé le report de l’étude du bill privé puisqu’il avait pris connaissance des objections exprimées par les Forges de Sorel et la Ville de Sorel-Tracy contre le premier.

« Il faut que les détracteurs du premier supportent les tenants de ce tracé. Ce serait extrêmement positif pour la suite des choses de les voir s’impliquer avec Saint-Joseph », estime-t-il.

M. Rochon veut que cette route industrielle voie le jour pour la sécurité de ce territoire. Il continuera de s’impliquer pour qu’elle se réalise, affirme-t-il.

M. Rochon reconnaît tout le travail accompli dans ce dossier, depuis 15 ans par M. Gravel et son conseil. « Il faut investir temps et argent dans ce qui permettra d’avancer. La confrontation, l’opposition, ne servent pas les intérêts supérieurs. Les procès d’intention n’enrichissent que ceux dont c’est la profession d’agir dans les procès », conclut-il.


image