6 novembre 2018
Sorel-Tracy
La SQDC autorisée à s’implanter seulement sur le boulevard Poliquin
Par: Jean-Philippe Morin

En violet, on retrouve les zones pour la transformation du cannabis. En rouge, on retrouve les zones de vente au détail. En vert, on retrouve les zones agricoles où il sera permis de cultiver. (Photo : Gracieuseté)

Si la Société québécoise du cannabis (SQDC) désire s’implanter à Sorel-Tracy, ce devra être sur le boulevard Poliquin. La Ville de Sorel-Tracy a adopté le règlement de zonage en séance du conseil, le 5 novembre, afin de limiter la culture, la transformation et la vente de cannabis sur son territoire.

La culture de cannabis sera délimitée par les zones agricoles déjà intégrées au plan d’aménagement et sera gérée par la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). La transformation de cannabis sera permise, avec les permis gouvernementaux, dans les parcs industriels de la Ville de Sorel-Tracy.

Les travaux reprendront au parc Maisouna

Le conseiller Olivier Picard a confirmé, en séance du conseil, que les travaux prévus au parc Maisouna débuteront d’ici la fin novembre, si la température le permet.

La première phase consistera à installer 21 bollards. Le conseil a d’ailleurs autorisé une dépense de 150 000$, prise à même l’excédent accumulé affecté, pour des travaux d’éclairage et l’acquisition de mobilier urbain.

Rues à 40 km/h dès le 3 décembre

Tel que spécifié dans le journal Les 2 Rives du 30 octobre, les rues résidentielles de Sorel-Tracy seront, pour la plupart, diminuées de 50 km/h à 40 km/h. Le conseil municipal ira de l’avant avec cette mesure lors de la prochaine séance du conseil le 3 décembre.

Le maire Serge Péloquin a toutefois rappelé que les rues numérotées et les grandes artères ne font pas partie de cette refonte. « On veut sécuriser les jeunes familles et inculquer une discipline aux gens pressés qui prennent des raccourcis. Dans chaque quartier, il y a des secteurs résidentiels plus névralgiques », a-t-il commenté.

Analyse d’eau

Un contrat de services d’analyses bactériologiques pour les années 2019, 2020 et 2021 pour l’eau potable et les piscines a été octroyé à l’entreprise Biovet, plus basse soumissionnaire conforme, au montant de 129 297$ taxes non incluses.

image