4 avril 2016
La santé, toujours un chantier d’incertitudes
Par: Sarah-Eve Charland

L’entrée en vigueur de la loi 10, le 1er avril 2015, marquait le début d’un important chantier dans le réseau de la santé au Québec. Un an plus tard, Sorel-Tracy est l’une des plus grandes perdantes de cette fusion, même si les impacts demeurent encore difficiles à évaluer puisque la réorganisation n’est toujours pas terminée.

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Pierre-De Saurel a été fusionné au centre Richelieu-Yamaska à Saint-Hyacinthe et au centre Pierre-Boucher à Longueuil pour devenir le centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est.

Parmi les impacts, on constate la centralisation de la paie et des laboratoires à Longueuil, ainsi que le transfert de ressources dans les Groupes de médecine familiale. Le secteur de Saint-Hyacinthe a hérité du centre administratif.

Diminution de cadres

Un des objectifs de la loi 10 visait également la réduction du nombre d’employés-cadres. Le CISSS Montérégie-Est a coupé une centaine de cadres en moins d’un an.

Dans la vague de restructuration, peu de directeurs provenant de la région de Sorel-Tracy ont obtenu des postes hauts gradés, s’inquiètent les différents syndicats.

Parmi toute l’organisation, on compte 43 directeurs et directeurs adjoints. De ce nombre, trois à temps plein et deux à temps partiel ont leur port d’attache à l’Hôtel-Dieu de Sorel, ce qui représente 9,3% de la totalité des directeurs. Sorel-Tracy représente 12,5% des employés du CISSS.

Cent cadres de moins

Alors que les CSSS Richelieu-Yamaska, Pierre-De Saurel et Pierre-Boucher ainsi que du Centre Jeunesse de la Montérégie, comptaient 507 cadres au 1er avril 2015, le nouveau CISSS emploie 405 cadres au moment de mettre sous presse. L’objectif se situait à 449.

Le nombre de cadres pourrait varier, puisque la réorganisation n’est pas encore terminée.

« Nous nous étions donnés trois ans pour faire ça alors manifestement, nous sommes très en avance sur notre échéancier et encore là, tout a été fait sans perturbation significative», affirme le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en entrevue avec TC Media.

Conseil d’administration

Sorel-Tracy est peu représentée sur le conseil d’administration (CA) mis en place en novembre 2015. Deux membres sur 18 proviennent de Sorel-Tracy.

Sur la liste des administrateurs, on compte le docteur Antoine Hejeily, désigné par le conseil des médecins, et Jocelyn Cayer, élu pour représenter les fondations. Ce dernier est un membre observateur sans droit de vote.

Aucun des membres nommés par le ministre ne provient de la région de Sorel-Tracy.

Syndicats inquiets

Si le CA et les cadres se déplacent d’une région à l’autre, la présidente du syndicat de catégorie 3, sur le territoire de l’ancien CSSS Pierre-de-Saurel, Micheline Charron, se dit elle aussi inquiète des relations avec la direction.

« Pour nous, le contact que nous avions directement avec le CA est perdu. Maintenant, malgré le fait que le nouveau conseil d’administration fasse une tournée une fois par mois dans chaque gros centre, le contact que nous avions avec la direction générale au quotidien n’est plus », déplore-t-elle.

Le président de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS), Joël Bélanger, abonde dans le même sens.

« On travaille pour des directeurs qu’on ne connaît pas. La plupart d’entre eux ne se sont même pas présentés aux employés. On perd le contact humain. Pourtant, le fait de s’asseoir tous ensemble autour d’une même table pour régler des problèmes a fait ses preuves dans le passé. »

Avec la collaboration de Vanessa Picotte et Karine Guillet.

image