30 avril 2018
Réglementation de la navigation sur la rivière Richelieu
La réponse du ministre Marc Garneau jugée insuffisante par les citoyens
Par: Julie Lambert

Le député Xavier Barsalou-Duval et les riverains du Richelieu n'arrêteront pas d'interpeller le ministre Garneau afin que la navigation soit réglementée. (Photo : Archives)

Les citoyens signataires de la pétition pour réglementer la navigation sur la rivière Richelieu ont été déçus de la réponse du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, qui n’a parlé, dans sa lettre, que du fleuve Saint-Laurent. Avec l’appui du député Xavier Barsalou-Duval, le regroupement de riverains ne baisse pas les bras afin d’obtenir gain de cause.

Dans la missive du ministre, on peut lire que « des mesures ont été mises en place afin de réduire les effets du batillage des navires, dont les avis à la navigation en fonction des niveaux d’eau, la mesure de réduction de vitesse volontaire dans quatre secteurs entre Varennes et l’Île-des-Barques à l’embouchure du lac Saint-Pierre, et le suivi continu, de jour comme de nuit, de la vitesse des navires, un objectif qui s’inscrit dans la Stratégie de navigation durable pour le Saint-Laurent. »

L’initiateur de la pétition et représentant de l’Association des riverains et ami(e)s du Richelieu, Raynald Collard, n’a pas aimé la réponse à la pétition comptant 600 signatures et réclamant une intervention afin de diminuer les ravages du batillage sur les berges de la rivière.

« Nous ne sommes pas contents. Dans la réponse, on ne parle aucunement du Richelieu. On a dû demander à un fonctionnaire de sortir des données sur le Saint-Laurent. Cette réponse ne peut pas nous satisfaire. On demande au ministre Garneau de reconsidérer sa réponse », souligne le riverain.

Le député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, Xavier Barsalou-Duval, est lui aussi très insatisfait de la réponse ministérielle. Il se demandait si le ministre avait pris le temps de lire la pétition puisqu’il ne fait mention à aucun moment de la rivière Richelieu.

Il croit nécessaire que le ministère encadre davantage la navigation sur la rivière Richelieu comme c’est actuellement le cas sur le fleuve Saint-Laurent puisque beaucoup de citoyens s’inquiètent de la situation et que la réponse actuelle n’est pas acceptable.

« C’est un gros manque de respect pour la démarche des citoyens. Les gens ont travaillé très dur et ont pris le temps de réaliser la pétition. Le point positif de la lettre, c’est que l’encadrement sur le fleuve Saint-Laurent est important pour le ministère. S’il est capable de la faire pour le Saint-Laurent, il est capable de la faire pour le Richelieu », assure-t-il.

Pas le dernier mot

Raynald Collard pense que le ministère des Transports peut faire beaucoup plus pour améliorer la cohabitation des riverains et des plaisanciers. En raison des pressions entamées dans la dernière année, l’organisme a réussi à obtenir de la Sûreté du Québec que la patrouille nautique soit amarrée à Saint-Charles-sur-Richelieu en plus de se rendre jusqu’à Sorel-Tracy.

Cela permettra une intervention plus rapide et une présence plus accrue des patrouilleurs, pense M. Collard. Selon lui, plusieurs riverains sont affectés par la situation et c’est ce qui alimente le travail de son organisme.

« Il n’y a pas de normes actuellement. On a réussi à amasser plus de 600 signatures et sans se forcer parce que le dossier est important pour les citoyens. Plusieurs propriétaires s’inquiètent de leur sécurité, mais aussi de la diminution de la valeur de leur résidence. Il y a un effort à faire pour améliorer la situation », est-il certain.

Le député Barsalou-Duval est lui aussi d’avis que le ministère peut faire plus. Il continuera, assure-t-il, à interpeller le ministre jusqu’à obtenir une réponse à la demande des citoyens qui ont déposé la pétition.

« Si je n’ai pas de réponse à cette interpellation, je vais interroger le ministre sur le sujet à la Chambre des communes ou je vais l’accrocher lors de nos discussions. Cela ne peut pas rester comme ça. C’est une volonté des citoyens d’avoir plus de tranquillité », estime le député.

image