20 avril 2020
La région épargnée jusqu’ici par le coronavirus
Par: Sébastien Lacroix
Dans le Réseau local de santé Pierre-De Saurel, on dénombre 12 cas de COVID-19, dont 8 à Sorel-Tracy.
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Dans le Réseau local de santé Pierre-De Saurel, on dénombre 12 cas de COVID-19, dont 8 à Sorel-Tracy. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le nombre de cas confirmés à Sorel-Tracy et les environs demeure faible depuis le début de la propagation de la COVID-19 au Québec.

Publicité
Activer le son

Après avoir diffusé quotidiennement les données de chacun des territoires depuis le 3 avril, la Direction de la santé publique de la Montérégie a fait savoir, dimanche, qu’elle ne sera pas en mesure de publier le nombre de cas par ville pour les prochains jours. Puisque la pandémie l’a forcée à revoir ses méthodes de travail.

À ce moment-là, on comptait seulement 12 cas dans le Réseau local de santé (RLS) de Pierre-De Saurel, soit une légère augmentation au cours des derniers jours. Le taux de 23,5 cas par 100 000 habitants enregistré dans Pierre-De Saurel était tout de même l’un des plus faibles de la province.

À elle seule, la ville de Sorel-Tracy comptait huit cas. Toutes les autres municipalités de la MRC de Pierre-De Saurel, tout comme Contrecœur, comptaient moins de cinq cas, soit le seuil minimal pour dévoiler le nombre pour une question de confidentialité.

Les résidences privées pour aînés et les CHSLD de Pierre-de Saurel étaient également épargnés par la pandémie. C’est ce que révèle la liste des milieux de vie pour personnes aînées et vulnérables où l’on retrouve au moins un cas qui a été rendue publique la semaine dernière.

Le nombre de personnes infectées demeurait également faible dans le reste de la circonscription fédérale de Bécancour-Nicolet-Saurel. Le RLS de Bécancour-Nicolet-Yamaska comptait en effet 18 cas, soit un taux de 40,5 par 100 000 habitants.

La Montérégie-Est était beaucoup plus touchée par la COVID-19. Le RLS Pierre-Boucher comptait 521 cas, dont 335 dans l’arrondissement du Vieux-Longueuil. Le RLS Richelieu-Yamaska en dénombrait 176, dont 41 à Saint-Hyacinthe.

Ce n’est toutefois pas parce qu’on se trouve dans un quartier où il y a moins de cinq cas qu’il n’y en a pas dans la réalité, a insisté la Directrice de la Santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier.

Ce ne sont en effet pas tous ceux qui présentent des symptômes qui sont testés dans une clinique désignée d’évaluation, comme celle qui a été aménagée à la salle Jani-Ber. Puisque depuis le 11 avril, une priorisation des cas a été mis en place.

Les tests s’adressent d’abord aux patients hospitalisés, aux femmes enceintes, aux professionnels de la santé, aux usagers et au personnel des milieux d’hébergement pour aînés, aux autres milieux à risque comme les refuges pour itinérants, aux personnes vivant dans les régions éloignées, aux premiers répondants et aux travailleurs fournissant des services essentiels et critiques.

Aucun cas admis à l’Hôtel-Dieu de Sorel

Par ailleurs, aucun cas confirmé de la COVID-19 n’est admis à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Si jamais un usager de la MRC de Pierre-De Saurel dépisté positif au coronavirus devait être hospitalisé, il devrait se rendre à Longueuil. Sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME), c’est l’Hôpital Pierre-Boucher qui a été désigné par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour soigner les patients atteints de la COVID-19.

L’unité 3E de l’Hôtel-Dieu de Sorel a toutefois été entièrement rénovée et réaménagée, au cours des derniers jours, afin de jouer un rôle dans cette pandémie. Ses 37 lits accueilleront des usagers des autres unités de l’Hôtel-Dieu de Sorel, mais aussi de l’Hôpital Pierre-Boucher.

Ce qui permettra de libérer des lits des autres unités de soins et ainsi augmenter la capacité d’hospitalisation du CISSSME en y accueillant des usagers qui nécessitent un niveau de soins moins élevé.

image