21 mai 2019
La radio CJSO dans le collimateur du CRTC
Par: Jean-Philippe Morin

La radio CJSO devra se conformer aux nombreuses exigences du CRTC si elle souhaite obtenir le renouvellement complet et sans condition de sa licence. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le Conseil de radiodiffusion et de télécommunications du Canada (CRTC) se dit préoccupé par la récurrence de non-conformités remarquées chez CJSO 101,7 FM depuis 2010 à l’égard de réglementations précises, si bien que l’organisme menace de révoquer la licence de la radio locale avant le 31 août prochain.

Publicité
Activer le son

Le journal Les 2 Rives a remarqué en consultant le site internet de la station qu’elle avait mis en ligne un avis de renouvellement de licence exigé par le CRTC. La population peut d’ailleurs se prononcer sur ce renouvellement par le biais d’interventions et d’observations d’ici le 3 juin.

Dans cet avis, on apprend « le Conseil est préoccupé à l’égard de l’aptitude et de l’engagement du titulaire à exploiter la station de manière conforme ». De plus, le CRTC n’a accordé, depuis 2010, que trois licences temporaires de deux ou quatre ans plutôt que des licences régulières de sept ans pour permettre à la station de se conformer à ses exigences. En vain.

« Étant donné la situation de non-conformité apparente et le fait que le titulaire en serait à sa quatrième période de licence consécutive de non-conformité, le Conseil pourrait décider de révoquer la licence avant le 31 août 2019 ou de ne pas renouveler la licence la station », est-il écrit.

« Chaque élément de non-conformité sera évalué dans son contexte et selon des facteurs tels que la quantité, la récurrence et la gravité de la non-conformité. Le Conseil tiendra également compte des circonstances, des arguments fournis par les titulaires, ainsi que des mesures prises par ceux-ci pour corriger la situation afin de poursuivre l’exploitation de leur entreprise en conformité avec leurs exigences réglementaires respectives », a expliqué en entrevue au journal Les 2 Rives la porte-parole du CRTC, Patricia Valladao.

Pas d’inquiétude

Les reproches à la station de radio concernent surtout les émissions spécialisées, explique le propriétaire de la station depuis 2015, Laurent Cournoyer. L’émission spécialisée La filière progressive devra cesser parce qu’elle est incapable de fournir le détail du contenu musical, révèle-t-il. La situation a été corrigée pour quelques émissions spécialisées comme Images sonores et l’Ambassade reggae.

« La préoccupation du CRTC est surtout au niveau du quota du contenu des artistes canadiens. […] Nos quotas sont parfaits, même au-delà des exigences. Toutefois, certaines émissions vont devoir être abandonnées parce qu’on n’est pas capables de recevoir des responsables de l’émission, des contenus détaillés de la programmation musicale. C’est une des problématiques qu’on a au niveau des licences et on n’est pas les seuls à vivre ça. Le problème, c’est que ça fait deux ou trois ans que cette problématique revient. Il y aura donc une audience le 11 juillet, une procédure normale pour que notre dossier soit revu par le CRTC », explique le propriétaire.

Questionné à savoir s’il fallait s’inquiéter de l’avenir de la station, M. Cournoyer a tenu des propos rassurants. « Il n’y a jamais eu de précédent dans l’histoire [de fermeture d’une radio] pour des raisons techniques. […] On est zéro inquiet. Aucune préoccupation là-dessus. On aimerait toujours avoir un renouvellement de licence plus long que deux ans, mais c’est toujours en lien avec les problématiques des émissions spécialisées. […] Ça dure depuis 2010, ils [les gens du CRTC] sont plus exigeants depuis ce temps », souligne-t-il.

Le CRTC reproche aussi à CJSO de ne pas avoir de Système national d’alertes au public (SNAP). Les radiodiffuseurs doivent mettre en œuvre cette mesure depuis le 31 mars 2015. Or, M. Cournoyer explique qu’il voulait profiter d’un achat regroupé des équipements avec plusieurs autres stations.

« Le système sera fonctionnel dans les prochaines semaines, probablement d’ici la fin mai. On s’est regroupé parce que c’est quand même un achat de 5000 $. Quand j’ai acheté CJSO en 2015, c’était la date limite pour acquérir l’équipement. J’ai alors dit que je voulais commencer par acheter la station avant, ç’a donc été mis de côté, mais je savais que je devais en faire l’acquisition avant le renouvellement de la licence », explique l’homme d’affaires. Le CRTC avait pourtant donné une deuxième échéance au 31 octobre 2017.

Se conformer

CJSO entend donc se conformer aux exigences du CRTC, assure M. Cournoyer. Outre La filière progressive qui a été retirée des ondes, une autre émission (En route vers l’ouest) est en bonne voie d’atteindre les exigences.

« Il y a beaucoup de situations de non-conformités dans les radios au Québec et au Canada. On pourrait facilement mettre de la musique en continu et non des émissions spécialisées, mais CJSO a toujours eu la préoccupation d’amener un contenu musical pour rejoindre tous les groupes d’intérêt. Personne chez nous n’est tracassé par ça, tout le monde est au courant de la situation à l’égard du CRTC, mais ce n’est pas quelque chose qui nous préoccupe actuellement », conclut-il.

image