18 juin 2018
Construction de l'Héberge du Grand-Héron
La première pelletée de terre retardée à l’automne
Par: Julie Lambert

La première pelletée de terre ne se fera pas avant plusieurs mois au coin des rues Charlotte et Élizabeth pour la construction de l'Héberge du Grand-Héron. (Photo : Archives)

Prévue au printemps à l’intersection des rues Charlotte et Élizabeth, la construction de l’Héberge du Grand-Héron, des logements sociaux pour les personnes ayant un problème de santé mentale, a pris du retard. Des problèmes au niveau de la stabilité des sols ont obligé les gestionnaires du projet à retravailler les plans du bâtiment qui pourrait ne pas voir le jour avant la fin 2018.

Publicité
Activer le son

La directrice générale du Groupe de ressources techniques en habitation de la région de Sorel (GRTHS), Claude Daigle, souligne que les premiers plans et devis envoyés à la fin 2017 à la Société d’Habitation du Québec (SHQ) ont dû être retravaillés.

« La capacité portante des sols devait être analysée. Les coûts ont augmenté en raison de l’inflation puisqu’il y a longtemps que le projet est sur la table. On a dû couper dans tout. On a dû travailler fort et faire nos devoirs afin que le projet demeure viable. Notre ingénieur et notre architecte travaillent afin que le projet réponde à toutes les exigences de la SHQ. On devrait être en mesure de déposer à nouveau le projet dans les prochaines semaines à la SHQ », explique Mme Daigle.

Après cette étape, l’organisme attendra l’approbation de la SHQ. Ce projet compte 14 unités de logements de type 3 et demi qui seront érigées dans quatre immeubles comptant une salle commune.

Lorsque l’approbation sera donnée, le GRTHS pourra lancer les appels d’offres et la construction. La directrice générale évalue à environ six mois le temps de construction des nouveaux bâtiments et à au moins encore trois mois la finalisation du processus avant d’arriver à cette étape.

« Cela va dépendre si nous avons encore des choses à modifier. Si tout va bien, nous pourrons lancer l’appel d’offres en septembre et peut-être commencer la construction avant l’hiver pour qu’il nous reste seulement l’intérieur pendant cette période. Si le projet est encore retardé, on n’aura peut-être pas le temps de lancer la construction avant l’hiver et nous allons devoir attendre le printemps même si nous sommes prêts pour ne pas augmenter les coûts qui sont plus chers en hiver », conclut-elle.

Le projet est sur la table depuis 2016, mais des analyses préliminaires pour qu’il soit réalisé au Centre communautaire Notre-Dame, alors en difficulté financière, l’ont retardé. Cette option a été abandonnée en raison des trop nombreux espaces et coûts engendrés par cette solution. Le GRTHS a donc retravaillé sa première option.

Les logements sociaux seront disponibles aux adultes de 18 à 35 ans ayant des problèmes de santé mentale. Le projet est réalisé en partenariat avec La Porte du Passant, le Centre de prévention du suicide La Traversée et le Centre intégré de santé et de services sociaux.

À ce jour, le coût du projet est évalué à près de 2,2 M$. La Société d’habitation du Québec subventionne le projet pour une somme de 840 000$ et la somme résiduelle sera assumée par l’hypothèque de l’organisme remboursée par les futurs locataires.

La Ville de Sorel-Tracy a aussi participé au projet en prévoyant une somme de 250 000$ pour la construction ainsi qu’en offrant gratuitement le terrain et un congé de taxes pendant 35 ans à l’organisme.

image