13 juillet 2021
Plan triennal d’immobilisations 2022 à 2024 de Sorel-Tracy
La plus grosse part du gâteau va au complexe aquatique
Par: Katy Desrosiers

Le conseil de ville de Sorel-Tracy est impatient de recevoir une réponse du ministère de l’Éducation pour construire son terrain synthétique extérieur. Photo gracieuseté

La Ville de Sorel-Tracy a dévoilé le 5 juillet son plan triennal d’immobilisations (PTI) pour les années 2022, 2023 et 2024, qui totalise 85 M$. Le complexe aquatique, annoncé récemment, est la pièce du plan qui demande les investissements les plus majeurs, avec une part de 30,8 M$.

Publicité
Activer le son

Les investissements globaux prévus au PTI s’arriment autour de quatre thèmes soit la gestion du territoire, la culture, le loisir et le sport, le développement économique ainsi que la gouvernance et le service citoyen. Plus précisément, on y retrouve des dépenses pour l’amélioration du réseau d’égout et d’aqueduc, la construction de bâtiments, des travaux de voirie, la bonification d’espaces publics et de parcs, etc.

Ce sont donc 91 projets qui sont prévus sur trois ans. Les 85 M$ sont répartis comme suit : 28 910 000 $ en 2022, 32 600 000 $ en 2023 et 23 525 000 $ en 2024.

Pour le financement du complexe aquatique, une part de 20 M$ provient de subventions des gouvernements fédéral et provincial et un montant de 10 799 000 $ proviendra d’un emprunt.

Parmi les autres projets pour les bâtiments, on note pour 2022 des travaux de restauration patrimoniale à la Maison des gouverneurs et à l’Église Notre-Dame (710 000 $) et le réaménagement et agrandissement du chalet de service au parc Monseigneur-Nadeau (307 300 $).

Le centre récréatif Au-fil-des-Ans subira une cure de jeunesse en 2022 et 2023 alors qu’il y aura la réfection du stationnement et la phase 2 de la mise à niveau du bâtiment (469 000 $).

Le Colisée Cardin verra son système d’éclairage de la patinoire refait en 2022 et 2023 (337 000 $).

L’espoir d’un terrain synthétique

Pour les infrastructures sportives, les parcs et les terrains de jeux, 3,7 M$ seront investis sur trois ans.

De ce montant, 2 M$ sont réservés pour l’aménagement d’un terrain synthétique extérieur, en collaboration avec le Centre de services scolaire de Sorel-Tracy. Toutefois, la Ville est toujours en attente d’une approbation du ministère de l’Éducation afin d’aller de l’avant.

« Il pourra être utilisé pour le soccer, le football, les écoles et les nombreuses ligues sportives. Il sera à l’entrée de la Ville dans le secteur Tracy, comme le complexe aquatique. Il sera le seul dans un rayon de 50 km. […] On espère que le ministère donnera rapidement l’autorisation pour aller de l’avant », a expliqué le maire Serge Péloquin, lors de la présentation du PTI.

Lors du conseil de ville qui suivait la présentation du PTI, le conseiller Patrick Péloquin a interpellé le député Jean-Bernard Émond.

« On est prêts, le Centre de services scolaire est prêt, mais qu’est-ce qu’on attend? C’est interminable avoir l’autorisation. J’en appelle à notre député pour faire avancer le dossier auprès de son gouvernement. Nous, on veut enchaîner, continuer et développer », a-t-il lancé.

Parmi les autres travaux à être réalisés, il y a l’aménagement de deux plateaux de jeux multifonctionnels, un au parc Monseigneur-Nadeau en 2022 (300 000 $) et un au parc Chalifoux en 2023 (300 000 $).

Des travaux de mise à niveau des installations et de réfection du terrain sont prévus au stade René-Saint-Germain en 2023 (477 000 $).

Eau jaune et autres travaux

Le maire a affirmé vouloir définitivement mettre fin à la problématique d’eau jaune, récurrente depuis plusieurs années. Un montant de 5,3 M$ sera réparti sur trois ans afin de refaire le gainage de certains conduits. Les travaux débuteront en 2022 avec les rues Balzac, Castille, Labrie, Évangéline, Barabé, St-Marc, de Prouville, Crépeau, Manseau et Coteau-de-Sable.

Pour 2022, un montant de 2 M$ a été prévu pour des travaux d’aqueduc, d’égouts et de voirie sur la rue du Prince et un montant de 1,8 M$ pour le prolongement de la rue Paul-Pauzé.

Des montants ont aussi été prévus dans les trois prochaines années pour des travaux à trois intersections.

Pour le réaménagement de l’intersection de l’avenue de l’Hôtel-Dieu et de la rue du Roi, 75 000 $ seront attribués en 2022 pour la préparation de plans et 1,75 M$ en 2023 pour les travaux.

L’intersection sera revue afin de la rendre plus sécuritaire pour tous les utilisateurs qui y circulent tels que les automobilistes, les cyclistes et les piétons. Aussi, le ministère des Transports a reçu des demandes de conducteurs de VTT pour traverser sur le pont Turcotte comme traverser sur la glace du Richelieu se fait de plus en plus risqué.

« Si le ministère l’autorise, notre responsabilité est de rendre ça fonctionnel et sécuritaire, insiste Serge Péloquin. Dans le futur on prévoit tous ces utilisateurs-là sur un même pont, quand même étroit, avec deux trottoirs. »

Pour l’intersection des boulevards Gagné et Couillard-Després, 250 000 $ sont prévus en 2024. La Ville a déjà fait part au ministère de nombreux commentaires reçus concernant la dangerosité de cette intersection. Le ministère soumettra une étude comprenant une solution pour cet endroit. Cette solution pourrait tourner autour de 500 000 $ et le ministère s’engage à payer 50 % de la facture, si la Ville accepte de mettre l’autre 50 %. C’est pourquoi la Ville a prévu un montant de 250 000 $.

À l’intersection du boulevard Fiset et de la rue Auber, des feux de circulation devraient faire leur apparition en 2024. Le même principe est utilisé concernant la facture séparée en deux parties égales.

« Ça fait longtemps qu’on est prêts pour que l’intersection soit sécurisée avec des lumières et tout le reste, affirme le maire. […] C’est le seul endroit où on peut mettre un feu de circulation fonctionnel et le seul où les motoneiges et les VTT peuvent traverser pour se rendre au fleuve et descendre vers le sud. C’est un projet attendu, 10 000 voitures passent là par jour », précise Serge Péloquin.

Pour les pistes cyclables, 200 000 $ par année sont prévus. Les projets sont normalement identifiés à l’automne pour une réalisation le printemps suivant. Le montant servira à l’entretien général des pistes existantes et au resurfaçage ainsi qu’au développement de nouvelles pistes dans des quartiers en développement. Le maire mentionne que certains secteurs, comme autour du nouveau CPE au parc Dorimène-Desjardins, du complexe aquatique et du skatepark, seront scrutés plus particulièrement pour assurer un accès facile et sécuritaire pour les vélos.

image