1 mai 2018
La pénurie de main-d’œuvre touche aussi les emplois d’été
Par: Sarah-Eve Charland

Les camps de jour et de vacances peinent à combler leurs postes. (Photo : Archives)

Alors que les employeurs multiplient leurs offres d’emplois estivaux, les curriculum vitae d’étudiants se font rares. À plusieurs endroits, des dizaines de postes ne sont pas encore comblés.

La Ville de Sorel-Tracy a comblé la moitié des postes ouverts pour l’été. Les emplois touchent principalement le camp de jour, la brigade verte et les préposés à l’entretien.

« On a effectivement beaucoup de difficulté à recruter. Habituellement, on a comblé l’ensemble des postes à ce temps-ci de l’année. C’est exceptionnel. On ne se l’explique pas. Peut-être que la pénurie de main-d’œuvre nous touche aussi », croit le porte-parole de la Ville de Sorel-Tracy, Louis Latraverse.

Du côté de la Colonie Sainte-Jeanne D’Arc à Contrecœur, le recrutement est habituellement plus avancé à la même période par rapport aux années antérieures. La directrice générale, Linda Voukirakis, recherche encore des candidatures pour une douzaine de postes en animation et quelques postes en cuisine et à l’entretien.

« On n’est pas rendu au point de faire des cauchemars. Je suis là depuis quatre ans. C’est la première année où je vois une grande démarcation entre le nombre de postulants, les postes et même les entrevues. Certains ne se présenteront même pas en entrevue », observe Mme Voukirakis.

Dans les usines aussi

ArcelorMittal a engagé 120 étudiants, un nombre semblable à l’année précédente. « Le marché est favorable actuellement et les commandes sont au rendez-vous. Alors les ressources étudiantes sont plus que jamais essentielles à la bonne marche de nos usines », mentionne le directeur des communications chez ArcelorMittal, Louis-Philippe Péloquin.

M. Péloquin a aussi constaté une compétition rude entre entreprises pour attirer des étudiants en saison estivale. « Nous avons quand même pu procéder à toutes les embauches étudiantes requises. Nous avons une bonne réputation et nous mettons beaucoup d’efforts pour que le passage des étudiants chez nous soit positif afin de demeurer un employeur attirant dans nos communautés. »

Rio Tinto Fer et Titane a affiché davantage de postes étudiants cette année (128) comparativement à l’année précédente (91). L’entreprise compte 17 employés à temps plein de plus que l’an dernier en raison de l’augmentation de la main-d’œuvre et de la production au complexe métallurgique de Sorel-Tracy. Comme les postes d’étudiants visent principalement les remplacements de vacances d’employés réguliers, le besoin se fait sentir.

« Nous travaillons fort pour pourvoir tous les postes. Pour ce faire, nous avons une spécialiste du recrutement qui travaille également avec nous. Nous regardons aussi comment innover en matière de recrutement au cours des prochaines années sachant que le recrutement fait partie des défis actuels et à venir de l’entreprise », affirme la directrice des relations médias et communications chez Rio Tinto Fer et Titane, Claudine Gagnon.

Elle ajoute que 40% des étudiants embauchés sont des femmes. L’entreprise reprend son programme d’accompagnement afin de favoriser l’intégration des étudiantes qui seront jumelées à une « marraine ».

Des organismes subventionnés

Le Programme d’emplois d’été du gouvernement du Canada distribuera près de 589 000$ dans la circonscription Bécancour-Nicolet-Saurel. Ces sous permettront de subventionner l’emploi de 240 étudiants pendant six semaines.

« Je voulais m’assurer que le plus d’organismes possible aient accès aux subventions. Des organismes dans toutes les paroisses, petites ou grandes, ont reçu une aide. En plus de permettre aux jeunes d’acquérir de l’expérience, cela permet de les garder dans la région », explique le député Louis Plamondon.

Ce dernier remarque également une diminution de la main-d’œuvre étudiante dans la région. « Il y a 20 ans, des familles m’appelaient pour que je les aide à trouver un emploi à leur enfant. Aujourd’hui, ce sont plutôt les entreprises qui m’appellent. L’an dernier, tous les emplois ont été comblés. Il faut chercher davantage, mais j’ai bien confiance qu’ils seront comblés », conclut-il.

image