26 janvier 2016
La pénurie de main-d’œuvre persiste chez les infirmières
Par: Sarah-Eve Charland
Le centre hospitalier de Sorel-Tracy compte encore plusieurs postes d’infirmières vacants en date du 5 janvier. | TC Média - archives

Le centre hospitalier de Sorel-Tracy compte encore plusieurs postes d’infirmières vacants en date du 5 janvier. | TC Média - archives

La pénurie de main-d’œuvre au centre hospitalier de Sorel-Tracy peine à se résorber. Malgré plusieurs embauches au cours des dernières années, le nombre de postes vacants pour certains types d’emploi comme les infirmières demeure élevé.

À l’automne 2014, on comptait 56 postes vacants d’infirmières sur une possibilité de 316. En date du 5 janvier 2016, le nombre de postes vacants s’est amélioré, mais s’élève tout de même à 41 sur une possibilité de 314.

En 2014-2015, le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Pierre-De Saurel a engagé 27 infirmières. Durant cette année-là, six infirmières ont pris leur retraite.

Pour 2015-2016, le centre a embauché 19 infirmières à ce jour. Dix infirmières ont annoncé qu’elles prendront leur retraite au cours de la prochaine année.

« La technique en soins infirmiers qui se donne dans la région de Sorel-Tracy aide beaucoup dans le recrutement. De plus, il y a toujours un bon taux de rétention. Les gens restent très longtemps dans les établissements situés sur notre territoire », explique le porte-parole du centre hospitalier, Daniel Vincent.

La direction estime que le taux de rétention des infirmières depuis le 1er avril 2015 est de 94%.

Le nombre de postes vacants s’expliquerait, entre autres, par le nombre d’infirmières techniciennes qui choisissent de compléter leurs études au baccalauréat, ajoute l’agente d’information au centre hospitalier, Magali Dupont.

« Elles sont donc moins disponibles et travaillent à temps partiel. L’établissement encourage d’ailleurs leur développement professionnel. Les infirmières qualifiées ont le choix de travailler où elles veulent et, selon les circonstances, peuvent vouloir se rapprocher des grands centres », croit-elle.

Des impacts sur le travail des infirmières

Selon la présidente de la Fédération des professionnels de la santé au Québec (FIQ) à Sorel-Tracy, Cécile Page, le manque d’infirmières engendre des conséquences sur leur travail.

« On ne remplace pas automatiquement lorsqu’il y a des absences. Ça alourdit la tâche des infirmières. On répartit la tâche et ça peut créer une surcharge de travail », mentionne-t-elle.

L’entente de principe conclue entre le gouvernement et la Fédération pourrait permettre d’ajouter des ressources, ajoute-t-elle.

Le ratio de postes à temps plein pour les infirmières devra atteindre 62% et celui des infirmières auxiliaires devra être de 50% d’ici 2019. À Sorel-Tracy, le ratio des infirmières et des infirmières auxiliaires est d’environ 50%.

« C’est un gain. C’est une façon d’augmenter les ressources disponibles. Ce sera notre travail de rehausser le temps partiel pour les infirmières auxiliaires. Ou du moins, augmenter le nombre de jours, qui est statué à deux jours par semaine, pour les temps partiels », conclut-elle.

2013-2014

Titre d’emploi Postes Postes vacants Embauche
Infirmières 316 56 30
Infirmières auxiliaires 167 23 11
Ergothérapeutes 15 1 2
Technologistes médical 24 3 4
Pharmaciens 9 3 2

Depuis le 1er avril 2015

Titre d’emploi Postes Postes vacants Embauches
Infirmières 314 41 17
Infirmières auxiliaires 160 28 4
Ergothérapeutes 15 0 0
Technlologistes médical 23 1 0
Pharmaciens 10 2 3
image