4 décembre 2018
Prévisions météorologiques
La neige hâtive ne fait pas que des malheureux dans la région
Par: Julie Lambert

La directrice générale de la Colonie des Grèves Nancy-Annie Léveillée et le directeur général du Parc régional des Grèves Pierre Noël se réjouissent des impacts positifs de l'hiver hâtif sur leurs activités hivernales. (Photo: Pascal Cournoyer)

Si plusieurs personnes ne sont pas heureuses de l’arrivée hâtive de l’hiver et se plaignent de la neige, les organismes en loisir et les entreprises vendant du matériel hivernal se réjouissent des conditions météorologiques. Plusieurs d’entre eux ont pris de l’avance sur leur saison et espèrent que cette belle lancée se poursuivra au cours des prochains mois.

La directrice générale de la Colonie des Grèves de Contrecœur, Nancy-Annie Léveillée, ne pouvait pas rêver mieux comme conditions météorologiques. Depuis que les premiers flocons de neige sont tombés, le téléphone de son organisme, proposant des activités de plein air comme de la glissade, de la raquette ou du ski de fond, ne dérougit pas.

« Nous n’avons pas encore de sentiers avec assez de neige pour pratiquer la raquette ou le ski de fond et la glissade n’est même pas encore prête. Il ne fait pas encore assez froid. On a toutefois déjà beaucoup de demandes et d’appels pour la location de matériel. C’est fou puisque notre personnel n’est même pas encore embauché pour la saison! Nous sommes au moins six semaines en avance. C’est une très bonne nouvelle pour nous, cela annonce une très belle saison », espère-t-elle.

Une manne pour les commerçants

Les commerçants sont également très heureux de la situation actuelle. Le propriétaire de l’entreprise Jasmin Péloquin Sports, Jasmin Péloquin, pense que ce début de saison est de bon augure et espère que cela se poursuivra jusqu’à la fin de la saison.

« Tout ce que nous vendons avant ou après les Fêtes, c’est un plus pour l’entreprise, assure-t-il. La petite neige a eu de l’impact, c’est certain puisque nos ventes ont augmenté en novembre, notamment pour les motoneiges et les souffleuses. On a au moins 15 jours d’avance sur nos ventes habituelles », mentionne l’entrepreneur.

L’arrivée hâtive de la neige a aussi eu des effets positifs au magasin St-Pierre Sports, se réjouit l’employée Paméla Abbott.

« Nous avons eu quelques items en retard comme les manteaux pour enfants. Depuis l’arrivée du froid il y a environ deux semaines, les gens se sont lancés dans nos manteaux, nos mitaines et aussi nos raquettes et nos skis de fond. Les gens sont aussi plus d’avance dans nos locations, nous en avons plus de 300 à cette date-ci alors que nous sommes à peu près à la moitié habituellement. Nous sommes très contents, c’est sûr que si le temps se poursuit comme ça, ça va être le fun », souligne-t-elle

Des impacts minimes pour certains

Au Club des Neiges de Sorel-Tracy, le président Sylvain Salvas souligne que la vente de cartes de membres se fait plus rapidement en raison des chutes de neige hâtives. Toutefois, malgré la quantité de neige reçue dans les dernières semaines, le Club n’a pu prendre de l’avance puisque les agriculteurs n’ont pas encore terminé de travailler dans leurs champs.

« Les agriculteurs se sont fait prendre par surprise par la neige. Ils n’ont pas terminé de rentrer leurs récoltes et il en reste encore dans les champs. Pour ne pas briser leur sol qui n’est pas encore gelé, on attend et on reste en contact avec eux. On a tout de même pris de l’avance sur l’installation de notre signalisation qui se fait plus vite qu’à pied puisqu’on peut le faire en raquettes ou en motoneige. Il faut toutefois encore beaucoup de froid afin que les cours d’eau gèlent et qu’on puisse emprunter les sentiers », explique Sylvain Salvas.

Les municipalités comme Sorel-Tracy ou Contrecœur n’ont pas eu à devancer la saison des activités hivernales puisqu’il faut une longue période de froid et encore plus de neige afin de terminer l’aménagement des sites.

Le froid et la neige arrivent en avance cette année

Le froid et la neige sont arrivés plus de trois semaines à l’avance dans la région cette année alors que les premières bordées de neige ont été enregistrées à l’automne. Les Sorelois n’ont pas fini de pester contre le froid puisque les météorologues prévoient un hiver très long, mais avec des précipitations moins élevées que l’an dernier.

Selon le chef de service à la météorologie à MétéoMédia, André Monette, l’hiver sera bien différent de celui de 2017-2018. Habituellement, les premières accumulations de neige sont enregistrées à la mi-novembre, mais la première tempête et le froid sont arrivés dès la mi-octobre.

« Nous avons eu des températures au-dessus des normales de saison en septembre et au début du mois d’octobre, mais le froid est arrivé tout de suite après, bien avant le mois de novembre. La neige ne reste habituellement pas avant les Fêtes, mais cette année, même si nous ne sommes jamais à l’abri d’un redoux, nous aurons un Noël blanc. Nous avons déjà eu la première tempête de neige et il y aura des accumulations au sol au cours des prochains jours », mentionne-t-il.

La moyenne de précipitations dans la région de Sorel-Tracy est de 225 mm, soit 150 cm de neige et 75 mm de pluie, des mois de décembre à février. Si on n’en estime pas autant pour la prochaine année, les gens de la région devraient voir de la neige en bonne quantité au sol pendant tout l’hiver, estime le météorologue.

« La région a au moins trois semaines à un mois d’avance sur les précipitations et les températures habituelles. Nous avons eu les températures les plus froides jamais enregistrées et plus de neige en novembre que d’habitude », souligne André Monette.

Les météorologues prévoient également que la température sera en dessous de normales de saison pendant une bonne partie de l’hiver. Les normales de saison, soit du 1er décembre au 28 février, sont de -4 degrés Celsius le jour et de -14 degrés la nuit.

« La région enregistrera des températures bien plus basses que la normale, plus légèrement en décembre et beaucoup plus froides en février. Le Canada est toutefois coupé en deux puisque quand El Niño est en progression, il fait plus doux ici. Cette année, la chaleur s’est arrêtée dans les provinces des Prairies où il fera plus chaud qu’au Québec », conclut-il.

image