21 juin 2021
Échos du conseil de la MRC de Pierre-De Saurel du 9 juin
La MRC s’attaque aux inégalités sociales et économiques
Par: Alexandre Brouillard

Vincent Deguise, président du comité régional de la famille et des aînés ainsi que maire de la Ville de Saint-Joseph-de-Sorel, se réjouit de l’adoption d’une politique territoriale en développement social. Photothèque | Les 2 Rives ©

Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel ont adopté à l’unanimité, lors de la séance du 9 juin, une politique territoriale en développement social afin d’améliorer les conditions de vie sur le territoire et pour réduire les inégalités sociales ainsi qu’économiques.

Publicité
Activer le son

« Le développement social influence grandement la qualité de vie des citoyens d’un territoire. Par l’entremise de cette politique, nous voulons donc favoriser l’attraction ainsi que la rétention des familles et l’amélioration de l’offre de services communautaires. L’objectif est d’offrir une région dynamique qui propose des services répondant aux besoins grandissants des citoyens », affirme Vincent Deguise, président du comité régional de la famille et des aînés ainsi que maire de la Ville de Saint-Joseph-de-Sorel.

Depuis plusieurs mois, M. Deguise préside les différents comités qui ont travaillé à l’adoption de cette politique. « Le comité régional de la famille et des aînés a joué un rôle très important dans l’élaboration de la politique, mais il y a également un comité de pilotage composé de partenaires du milieu qui ont travaillé fort », détaille-t-il.

Selon lui, avec les différentes politiques et planifications adoptées au fil des ans par la MRC, « il était nécessaire d’avoir une vision plus globale afin de traiter les enjeux liés au développement social de façon transversale plutôt que sectorielle. C’est-à-dire se doter d’une politique qui touche plusieurs niveaux et non une pour les aînés, pour la famille, pour les enfants, etc. ».

À titre d’exemple, il croit que cette politique peut aider la pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs domaines en rendant la région plus attractive. « Pour rendre notre région plus attirante, nous devons nous doter de projets collectifs d’envergure, tels que le plan de transport régional et interrégional et même celui du complexe aquatique. Faire de la région un milieu de vie et pas juste un milieu de travail », croit-il.

« La prochaine étape sera d’établir un plan d’action pour voir de quelle façon nous allons répondre aux besoins de la population, explique Vincent Deguise. Cette politique, c’est notre ligne directrice qui nous permettra d’arriver avec des actions concrètes au début de l’année 2022 ».

Gestion des déchets : EBI renouvelé pour cinq ans

Les 12 conseillers régionaux ont octroyé, à la majorité, à EBI environnement le contrat de collecte, de transport et/ou d’élimination des matières résiduelles pour les années 2021 à 2026. Le coût annuel s’élève à 4,9 M$, taxes incluses. EBI Environnement est la seule entreprise à avoir déposé une soumission dans le cadre de l’appel d’offres public lancé à cet effet.

Sylvain Dupuis, maire de Saint-Ours, a demandé le vote. Il soutient que l’offre de service est beaucoup plus haute que l’estimation. « Le montant est non représentatif de la compensation que nous pourrions obtenir. Habituellement, pour conclure une entente win win, il faut être deux et là, je considère que ce n’est pas un gros win win pour la MRC. Je crois que EBI aurait pu être plus généreux dans sa compensation », a-t-il affirmé lors de la séance du conseil.

De plus, la MRC a adopté le projet de plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de troisième génération. Cette adoption est une étape de plus dans le processus de révision du PGMR, qui prévoit aussi une consultation publique et une approbation par Recyc-Québec.

« La révision du PGMR s’inscrit sous le signe de la continuité, de l’amélioration, de la performance et de l’optimisation des services offerts à la population. Ainsi, le prochain PGMR misera sur l’optimisation du tri des 3 RV (réduction, remploi, recyclage et valorisation) afin de réduire davantage l’enfouissement et d’augmenter le recyclage des matières », peut-on lire dans un communiqué émis par la MRC.

Gestion des cours d’eau : Michel Blanchard claque la porte du comité

Les membres du conseil ont pris acte de la démission de Michel Blanchard, maire de Saint-David, comme président du comité régional des cours d’eau.

M. Blanchard explique que les dernières décisions prises par le comité et la MRC vont à l’encontre de ses convictions. « Le montant que la MRC a accordé aux Régates va à l’encontre de la politique des cours d’eau. On demande à nos producteurs de protéger nos berges, de conserver une bonne qualité de l’eau et de notre côté, on octroie de l’argent à des bateaux qui vont briser les berges. Je crois que le comité a reculé de six ans », prétend-il.

Une nomination suivra afin de procéder à son remplacement au cours de la prochaine séance.

image