14 décembre 2015
La MRC raffinera le développement de sa zone agricole
Par: Louise Grégoire-Racicot
La MRC de Pierre-De Saurel  compte bien mettre en valeur son territoire agricole qui occupe 91,3% de sa superficie totale. | Photo: TC Média - Archives

La MRC de Pierre-De Saurel compte bien mettre en valeur son territoire agricole qui occupe 91,3% de sa superficie totale. | Photo: TC Média - Archives

Mettre en valeur l’agriculture et favoriser sa pérennité et son développement. Voilà ce que cherche à faire la MRC de Pierre-De Saurel en amorçant les travaux essentiels à la confection de son plan de développement de sa zone agricole (PDZA).

Le préfet adjoint Serge Péloquin a précisé, en point de presse le 19 décembre, qu’on conservera ainsi et mettra en valeur la place de choix que joue ce secteur dans l’économie régionale, tant au niveau économique que social.

« On développera l’activité agricole et on maximisera l’occupation des municipalités rurales, contribuant ainsi au maintien des services de proximité tels que les écoles, les dépanneurs ou les épiceries. On s’assurera ainsi que l’agriculture est un pôle important pour notre avenir. »

Par étape

Voilà un travail qui nécessite au départ de tracer le portrait actuel du territoire et de ses activités, d’en cerner les forces et les faiblesses ainsi que les opportunités et les menaces, Ce qui l’outillera pour définir son orientation et cerner son avenir et atténuer les pressions de l’urbanisation.

Il sera complet quand la MRC tracera le plan d’action qui en découlera: qui fait quoi, où, comment et à quel prix?

Le PDZA, a complété M. Dion, tiendra compte des contraintes naturelles (plaines inondables) et des milieux naturels (boisés, milieux humides, secteurs riverains).

Il établira une meilleure synergie entre l’agriculture, la ruralité et le monde urbain, pourra favoriser l’agrotourisme et diversifier les produits agricoles.

Pas seule

Mais la MRC ne fera pas le travail seule. Elle a retenu les services d’une firme de consultants, Englobe, pour y arriver et constitué deux comités (technique et directeur) de gens de la région pour suivre de près chaque étape menant à l’élaboration du PDZA.

« On prévoit des activités de communication et d’information via les bulletins municipaux et le site Web de la MRC ainsi que des rencontres propices à des échanges », insiste son directeur de l’aménagement, Mario Dion.

Elle tiendra aussi un forum régional sur les opportunités et stratégies de développement et sur l’environnement et des consultations entre décembre 2015 et mars 2016, selon les secteurs, avec les producteurs agricoles (UPA), les transformateurs et les citoyens.

Le ministère de l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation (MAPAQ) est partenaire de cette démarche. Il accompagne les MRC qui rédigent leur PDZA – 60 l’ont déjà fait.

Il contribuera 40 000$ des 86 865$ que coûtera cette opération voulue pour promouvoir des initiatives en innovation, compétitivité et développement des marchés tant agricoles que dans le secteur de la transformation alimentaire.

image