22 septembre 2016
La mise en vente du Centre communautaire Notre-Dame est définitive
Par: Sarah-Eve Charland
Le Centre communautaire Notre-Dame est en vente depuis le 20 septembre. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le Centre communautaire Notre-Dame est en vente depuis le 20 septembre. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le Centre communautaire Notre-Dame (CCND) est à vendre. Son conseil d’administration en a décidé ainsi après avoir tenté à plusieurs reprises de le sauver.

En février 2013, les administrateurs ont décidé pour une première fois de mettre en vente le bâtiment en raison de difficultés financières. Le mois suivant, la vingtaine d’organismes y logeant ont déménagé au centre Desranleau, ce qui a augmenté le déficit du CCND.

Seulement les organismes La Porte du Passant et l’Association de la déficience intellectuelle de la région de Sorel (A.D.I.R.S) sont restés. L’Harmonie Calixa-Lavallée a emménagé dans le bâtiment l’an dernier.

Depuis 2013, l’administration avait fondé des espoirs sur L’Héberge du Grand Héron, un aménagement de logements sociaux pour les personnes avec des problématiques de santé mentale. En raison des importantes rénovations nécessaires, l’organisme responsable du projet et la Ville de Sorel-Tracy ont préféré opter pour un bâtiment neuf, qui aura pignon sur rue au coin des rues Charlotte et Élizabeth.

« En fin de compte, il y a eu un écran de fumée à propos du Grand Héron. On a perdu une année. On a rencontré la Caisse Desjardins et on a su qu’on ne pouvait pas emprunter. On a décidé de maintenir la décision de vendre », a expliqué le président du centre communautaire, Alain Ducharme.

Ce dernier estime que depuis 2013, le CCND enregistrait des déficits de 24 000$ par année.

Un plan de relance?

En avril 2016, la Ville de Sorel-Tracy a demandé au conseil d’administration du CCND de travailler afin d’augmenter les revenus. Elle leur a également donné accès à de la main-d’œuvre par le biais de la déléguée au développement commercial, Julie Salvail.

« Ils ont dit qu’ils travailleraient sur un nouveau modèle d’affaires, mais cela ne nous a jamais été présenté en conseil de ville. Cet organisme est autonome. La décision leur appartient », a commenté le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

En fait, le CCND n’a pas travaillé à faire un plan de relance, explique M. Ducharme.

Des organismes touchés

La directrice générale de La Porte du Passant, Marie-Josée Averill, a commenté la situation. « On n’y croyait pas au plan de relance. Il y a trop de rénovations à réaliser. La vente du bâtiment ne change rien à nos plans. On avait déjà décidé de déménager. »

Les besoins de La Porte du Passant ont grandi. Près d’une centaine de personnes utilisent l’un des services quotidiennement. L’organisme cherche un local de 4000 pieds carrés au centre-ville permettant l’accès aux personnes à mobilité réduite. « On est là pour rester. Ça va juste permettre d’améliorer notre local », conclut-elle.

La situation est la même du côté de l’A.D.I.R.S. « On avait déjà débuté des démarches pour nous relocaliser. On accélère nos démarches. Ce qui est difficile, c’est de trouver un local de 3500 pieds carrés accessible aux personnes à mobilité réduite et qui correspond à notre situation financière », ajoute la directrice, Julie Trudeau.

De son côté, le maire assure que les organismes communautaires ne seront pas laissés à eux-mêmes. « On observe ce qui se passe à l’intérieur. S’ils présentent un projet avec des intentions bien mesurées, on ne dira jamais non à des idées qui ont du bon sens. On va travailler ensemble. »

Pour le moment, M. Péloquin ignore où sera relocalisée l’Harmonie Calixa-Lavallée.

image