24 janvier 2020
La ministre Marguerite Blais visite la région sans la présence des médias
Par: Jean-Philippe Morin

Jean-Bernard Émond et Marguerite Blais ont rencontré des aînés dans la circonscription de Richelieu, le 23 janvier. Photo gracieuseté

Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, a accueilli la ministre responsable des aînés et des proches aidants, Marguerite Blais, lors d’une visite surprise dans la région de Sorel-Tracy, le 23 janvier.

Publicité
Activer le son

Les médias n’avaient toutefois pas été conviés et n’ont reçu qu’un communiqué de presse après coup.

Questionné à ce sujet, M. Émond a préféré s’en remettre au cabinet de la ministre, qui a émis une déclaration : « Lorsque la ministre Marguerite Blais est en tournée, la priorité est d’aller à l’écoute des aînés et des acteurs du réseau de la santé de la circonscription visitée. La ministre a visité hier son 94e CHSLD en compagnie du député M. Émond, et a discuté avec plusieurs organismes de la circonscription de Richelieu. Aucune annonce n’était à l’horaire. Il nous fera plaisir de convier les médias lors d’une prochaine visite », a souligné l’attachée de presse de la ministre Marguerite Blais, Marjaurie Côté-Boileau.

En mode écoute

La journée a débuté par une visite au CHSLD Élisabeth-Lafrance afin de rencontrer les résidents, le personnel soignant et administratif du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME), le comité des usagers ainsi que des élus municipaux, dont le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

La ministre et le député se sont ensuite rendus à la résidence du Carré Royal pour rencontrer le personnel et les citoyens.

En après-midi, deux rencontres se sont tenues à l’Hôtel de la Rive, auxquelles l’ensemble des organismes œuvrant auprès des aînés et des proches aidants étaient conviés.

« Toute la journée, Mme Blais était en mode écoute. Elle est revenue en politique pour les bonnes raisons, soit implanter une Politique régionale des proches aidants et ce sera fait dans le mandat. C’est quelqu’un de très humain qui prend le temps de cerner les préoccupations des patients, mais aussi des employés », commente Jean-Bernard Émond.

Parmi les préoccupations locales, il note entre autres la démographie particulière, alors que le pourcentage de personnes âgées est plus élevé qu’ailleurs en Montérégie, ainsi que la pénurie de main-d’œuvre, qui se manifeste aussi dans les emplois en lien avec les aînés, par exemple du côté des préposées aux bénéficiaires.

« C’est important de ramener un climat plus sain, plus positif dans le milieu. De faire une genre de grande séduction à notre façon pour inciter les gens à travailler chez nous », conclut-il.

image