22 juillet 2020
Sondage Facebook sur la page du journal Les 2 Rives
La majorité de la population favorable au port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés
Par: Jean-Philippe Morin

Le port du masque est obligatoire dans les espaces publics intérieurs depuis samedi. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le gouvernement Legault a rendu obligatoire, depuis le samedi 18 juillet, le port du masque (ou couvre-visage) dans tous les lieux publics fermés. Bien que cette mesure semble créer une division au sein de la population, la majorité des gens semblent en faveur de l’initiative.

Publicité
Activer le son

Un sondage publié le 14 juillet, sur la page Facebook du journal Les 2 Rives, révèle que parmi les quelque 2600 répondants, environ 58 % d’entre eux sont en faveur du port du masque obligatoire, tandis que 42 % sont en défaveur.

Plusieurs commentaires recensés sur notre page Facebook allaient des deux côtés. En voici quelques-uns.

Diane Mainguy : Pour. 15-30-60-90 minutes dans un endroit fermé, on ne nous a pas rapporté de dommages et de complications au même titre que la COVID-19. Alors par respect pour les autres au cas où je serais asymptomatique ou pour me protéger, je suis prête à me plier aux recommandations. Revivre un autre 10 semaines de confinement ne me tente pas vraiment. Soyons donc solidaires.

Mathieu Desrosiers : Exiger le port du masque après quatre mois dans la pandémie, c’est comme penser mettre un condom rendu au shower!

Éric Labrecque : Contre. Pour moi, c’est un faux sentiment de sécurité. Garder ses distances et se laver les mains fonctionne déjà très bien.

Kéane Martel : Je suis contre, mais je ne m’empêcherai pas d’aller nulle part pour ça, je vais respecter les règles. Mais je ne crois pas que ce soit vraiment une bonne idée, on n’a pas l’habitude de ça. Je vois tout le monde se taponner la face et le remettre dans le dash du char. Je n’ai souvent pas le choix d’y aller avec mon bébé, et lui ne peut pas en porter et il me joue après le masque… On se repartage les microbes, c’est certain.

Isabelle Pérodeau : S’il le faut c’est ce qu’on va faire! Certains endroits aux États-Unis vont recommencer le confinement! Ne scrappons donc pas ce qui est fait et arrangeons-nous pour ne pas revenir confinés!

Mawi Belhumeur : La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Et nous n’avons pas la liberté de contaminer les autres, alors dans un contexte de pandémie et afin d’empêcher la fermeture des commerces et établissements non essentiels, oui pour le port du masque obligatoire dans les endroits publics fermés et j’ajouterais certaines terrasses demi-fermées.

Sylvie Demers : Je suis contre l’obligation! Ça me contraint de rester chez moi, à cause de malaises. Mais je respecte ceux et celles qui veulent le porter. Le port du masque ne devrait pas être obligatoire!

Lucette Champagne : Oui, je le porte chaque fois que je suis dans les commerces fermés. Cela s’appelle du respect!

Phousadavanh Chounlamany : Contre. À l’épicerie, je ne suis pas là pour jaser, je ne m’approche de personne et surtout, restez loin de moi. Je rentre, je prends ce que je suis venu chercher et je quitte. Ceux qui flânent et magasinent, portez-en.

Pascal Lachance : Il aurait du être obligatoire des le début de la pandémie… On n’aurait sûrement plus aucun cas aujourd’hui et beaucoup moins de décès.

Sylvie Pagé : Oui, c’est une bonne chose à faire pour le respect des autres. Si tout le monde le porte, peut-être pas une deuxième vague!

Jacques Sévigny : Pour, parce que 40 % des êtres humains peuvent tout détruire. Comme la ceinture de sécurité : pas simple de comprendre, mais le temps donnera raison.

Carole Belanger : J’appelle ça être respectueux et de pas penser juste à moi. Personne ne va mourir pour avoir porté un masque pendant une heure gros max le temps de faire son épicerie. Moi-même qui a des problème de poumons, je ne suffoque pas.

Isabelle Mainguy : On le fait pour la santé des autres, vu qu’on peut être contagieux sans le savoir. C’est ça vivre en société, il faut lâcher son nombril et son petit confort personnel pour protéger les plus vulnérables et mettre ce virus-là derrière nous! C’est un effort collectif et c’est dommage qu’on doive l’obliger. Notre société en général est très « moi, je et moi ».

Nathy MV : En tant que préposée aux bénéficiaires, je peux vous dire que ce masque-là, je ne suis plus capable! Donc je vais avoir de la misère à le porter en public parce que ma vie se résume à respirer dans un masque. Je suis à bout! L’image le dit : si tu veux te protéger, porte-le. Si une personne sur deux le porte, tu es protégée par celui qui passe à côté de toi. Donc pourquoi virer fou avec ça? Est-ce que c’est mieux d’après vous les réunions entre amis et en famille, ou les camping ouverts ou les autres trucs? C’est pire! Donc oui, je n’aurai pas le choix en public, mais je suis écoeurée de le porter!

Colombe Fournier : En portant le couvre-visage, les personnes ne respectent plus les distances.

Lucie Tessier : Pourquoi porter un masque quand la majorité du monde se fout des autres? Une femme l’autre jour à l’épicerie a voulu éternuer et elle a enlevé son masque, alors à quoi ça sert d’en porter?

Nancy Houde : Tout ce que je peux dire, c’est que la majorité des personnes portant le masque dans un endroit public passent leur temps à l’enlever, le baisser, le replacer, se grattent, mangent, boivent, se mouchent… Bref, elles ont les mains dans le visage et le masque à la mauvaise place la majorité du temps!

image