12 novembre 2020
La Maison l’Ancrage Pierre-de Saurel constitue son équipe et prépare un plan d’affaires
Par: Jean-Philippe Morin

En haut : Gabriel Laprade, coordonnateur et André Champagne, agent de communications. En bas : Nicole Teasdale, présidente et Gabrielle Gélinas St-Ours, agente de développement. Photo capture d’écran

Le projet d’hébergement temporaire communautaire la Maison l’Ancrage Pierre-De Saurel, dont la mission est de soutenir les jeunes de 16-23 ans en difficulté afin d’éviter qu’ils se retrouvent sans domicile fixe, franchit une étape importante. Une équipe dont le mandat, d’ici mars prochain, est de réaliser un plan d’affaires, a été constituée.

Publicité
Activer le son

Le tout sera réalisé grâce, en partie, au financement du gouvernement du Canada par le biais du Programme de préparation à l’investissement (PPI).

Pour la présidente du conseil d’administration, Nicole Teasdale, ce plan permettra de démontrer la pertinence de cette ressource à Sorel-Tracy. Un coordonnateur, Gabriel Laprade, est entré en poste le 8 septembre. « Le projet est entre de bonnes mains. [Gabriel] mettra à contribution son expérience en tant que gestionnaire d’organismes et entrepreneur », souligne Mme Teasdale.

Le nouveau coordonnateur confirme avoir rapidement constaté l’urgence pour la région de se doter d’une telle ressource. « Notre première tâche fut la mise à jour des informations qui avaient été récoltées en 2018 auprès de plus de 400 jeunes, parents, citoyens et intervenants de la région. CISSSME, Centre de services scolaires, milieu communautaire, DPJ : tous arrivent aux conclusions que ce service est plus que jamais nécessaire ici, surtout avec la COVID-19 qui amplifie certaines problématiques déjà observées sur le terrain », explique Gabriel Laprade.

Le député de Richelieu Jean-Bernard Émond a déjà appuyé le projet de la Maison l’Ancrage avec une aide financière de 50 000  $ provenant du Secrétariat à la jeunesse du Québec ainsi que des sommes discrétionnaires accordées par les députés Samuel Poulin, Danielle McCann et Lionel Carmant. L’ensemble de ces contributions financières, dont 8000 $ de M. Émond, représentent une somme de 62 500 $ pour l’organisme.

« […] À l’heure actuelle, les maisons d’hébergement les plus proches se situent à Saint-Hyacinthe et à Longueuil. Nos jeunes doivent donc parcourir de nombreux kilomètres, s’absenter de l’école et s’éloigner de leur tissu social pour avoir accès aux ressources dont ils ont besoin. Dans ce contexte, il va sans dire que la création d’une maison d’hébergement pour jeunes à Sorel-Tracy est essentielle […] », indique le député de Richelieu.

Une équipe en mission

Trois personnes épauleront M. Laprade dans ses fonctions. L’une d’elles, qui reste à nommer, se chargera du volet administratif. Un poste d’agent de développement à temps plein a été divisé en deux à temps partiel, avec des responsabilités différentes. André Champagne, ancien animateur-journaliste à CJSO, sera en charge du volet communications alors que Gabrielle Gélinas St-Ours, anciennement de la Corporation de développement communautaire Pierre-De Saurel, s’occupera du volet recherche.

« André fera connaitre l’organisme et veillera à en susciter l’adhésion sociale tandis que Gabrielle va élaborer un plan stratégique de financement », explique M. Laprade. Le tout se fera en collégialité, avec l’accompagnement d’Annie Blanchette, CPA.

Une clientèle orpheline

En plus d’un lieu d’hébergement temporaire, les valeurs préconisées seront la persévérance scolaire, l’intégration sociale, la quête d’autonomie, la résolution de conflits interpersonnels, la réintégration des jeunes dans leur famille ou autre milieu de vie ainsi que l’engagement dans un projet de vie.

« La clientèle visée étant orpheline d’un service comme la Maison l’Ancrage dans notre région, notre équipe œuvre à tisser des liens avec les intervenants locaux. Les jeunes d’ici profiteront de cette complémentarité », conclut-on dans un communiqué de presse.

image