18 juillet 2016
La Maison du marais investit dans une passerelle et des haltes-repos
Par: Louise Grégoire-Racicot
L’entrée de la Maison du marais. | Photo: TC Média - archives

L’entrée de la Maison du marais. | Photo: TC Média - archives

La Société d’aménagement de la baie Lavallière (SABL) a demandé 35 000$ à Développement économique Canada (DEC) pour améliorer son sentier pédestre en lui ajoutant une passerelle suspendue et cinq haltes-repos qui offriront des points de vue variés sur le milieu humide. Un projet de 105 000$ à Sainte-Anne-de-Sorel.

Son président Jean Claude St-Arneault est confiant que ces travaux soient terminés au printemps 2017.

« Déjà nous avons trouvé de l’argent nécessaire au projet (18 000$ contribués par la SABL, 52 000$ par la MRC) et on attend cette subvention de DEC qui ne saurait tarder. Nous répondons à tous les critères d’attribution de subventions pour le maintien et l’amélioration d’infrastructures existantes auxquelles ce programme est destiné. »

Une passerelle au-dessus du déversoir

Les coûts du projet sont attribuables à la construction d’une passerelle suspendue, explique-t-il, d’une longueur de 120m sur une hauteur de 2,4m du sol. Elle passera au-dessus du déversoir et remplacera au même endroit les trois passerelles précédentes dont la première était flottante et avait été remplacée par une seconde qui fut brisée par la crue des eaux de 2008 mais reconstruite. Puis démolie en 2011 à la suite de pressions de l’Union des producteurs agricoles.

Le sentier existant sera aussi amélioré grâce à l’aménagement de cinq espaces verts, haltes agrandies qui favoriseront, note M. St-Arneault, l’observation, la contemplation et un contact privilégié avec le milieu naturel (marécage, marais, nichoirs à canards branchus et hirondelles bicolores, quiétude de la baie, plantes particulières, batraciens et reptiles, ouvrages aménagés, etc.).

Le sentier sera également enrichi de panneaux d’interprétation. Le parcourir sera gratuit et ouvert à tous.

« Il répondra encore mieux aux attentes des ornithologues, photographes et amants de la nature », promet M. St-Arneault.

Il sera encore plus adéquat et complémentaire aux autres activités touristiques offertes par la région, dans ce secteur dont la location de canots et kayaks, des excursions, le port d’attache de la navette fluviale pour cyclistes et marcheurs.

image