23 juin 2021
La Maison du marais de plus en plus populaire
Par: Katy Desrosiers

En août 2020, la SABL a tenu une activité éducative de baguage de la sauvagine dans le sentier aménagé. Photo Marc Ross

La directrice Roxanne Mandeville s’occupe aussi d’un volet réhabilitation de la faune à la Maison du marais. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Il est possible de louer des kayaks simples et doubles à la Maison du marais pour partir en excursion dans les îles de Sorel. Photo Marc Ross

La Maison du marais à Sainte-Anne-de-Sorel, pilotée par la Société d’aménagement de la baie Lavallière (SABL), note que l’engouement pour ses activités augmente d’année en année. La directrice générale de la SABL, Roxanne Mandeville, prédit une bonne saison.

Publicité
Activer le son

Du côté des activités nautiques, la location de kayak et de canot est de retour. Les gens peuvent louer des embarcations comme des kayaks simples ou doubles, et ce, pour une journée (9 h à 16 h) ou une demi-journée (9 h à 12 h ou 13 h à 16 h).

Les tarifs commencent à 40 $ pour un kayak solo pour une demi-journée et vont jusqu’à 70 $ pour un kayak double pour une journée complète.

L’organisme offre aussi des passes journalières ou saisonnières pour la mise à l’eau d’embarcations sans moteur. Le tout donne accès à la rampe de mise à l’eau et au stationnement. Le coût est de 6 $ pour une journée. Pour la saison, le coût est de 30 $ pour une embarcation ou 25 $ par embarcation pour plus d’une embarcation à la même adresse.

Pour la location d’embarcations et l’accès à la rampe de mise à l’eau, la saison est commencée depuis le 15 mai.

« On a beaucoup de nouvelles cartes d’accès annuelles pour la mise à l’eau. Il y a beaucoup de gens qui ont acheté des kayaks, je crois. La location, c’est parti en grand comparativement aux autres années aussi. On a remarqué que quand il fait chaud, ça marche plus et le stationnement est rempli. Quand il fait frais, les gens sont moins motivés à faire du kayak, mais il y a quand même un bel engouement. Je crois qu’on commence à être un peu plus sur la mappe », constate Mme Mandeville.

Pour les excursions nautiques guidées, l’organisme prévoit avoir seulement le long canot de 21 pieds et non le ponton motorisé. Elles devraient commencer après la fête nationale.

Une nouveauté est la location de kayaks de pêche, option ajoutée en raison de la popularité de l’activité.

« L’an passé, il y avait beaucoup de monde qui pêchait, on n’a jamais vu ça. Les gens pêchaient même au bord de l’eau. C’est sûr que la pandémie a aidé dans les changements à ce niveau-là », explique la directrice générale.

En apprendre sur la faune et la flore

Les visiteurs peuvent profiter des installations de la Maison du marais pour pique-niquer en famille et prendre part à des randonnées dans les sentiers pédestres.

Sous peu, des panneaux interactifs avec questions et réponses seront installés près du bâtiment d’accueil. Des bancs, une balançoire et une table à pique-nique seront ajoutés dans le sentier.

Des randonnées guidées d’environ une heure seront offertes et il y aura la location de jumelles pour l’observation d’oiseaux.

Pour les enfants, Roxanne Mandeville compte organiser des ateliers les samedis matins. La formule a bien fonctionné dans les dernières années. Pour les enfants dont les parents sont membres de la SABL, l’activité est gratuite. Sinon, un coût autour de 5 $ par famille sera demandé. Les détails seront sur la page Facebook de la Maison du marais.

Découvrir un attrait local

Plusieurs des clients proviennent de la Montérégie, de Montréal ou de la Rive-Sud. Aussi, des visiteurs de Québec venaient lorsque les excursions en bateau étaient disponibles. Toutefois, Roxanne Mandeville constate de plus en plus des visiteurs d’ici.

« Il y a beaucoup de gens de la région qui disent qu’ils n’étaient jamais venus. C’est quand même étonnant, je ne sais pas si c’est le fait qu’on soit dans un cul-de-sac et que les gens ne se rendent pas jusque là. […] Oui il y a beaucoup de monde qui part à l’extérieur, mais quand tu viens une fois dans les îles, tu te rends compte que c’est vraiment beau et dépaysant », affirme la directrice générale.

image