8 septembre 2015
La Laiterie Chalifoux lance une gamme de 17 produits à l’européenne
Par: Louise Grégoire-Racicot
Alain Chalifoux est très fier du tournant que vit son entreprise en ajoutant une nouvelle gamme de produits. | TC Média - Julie Lambert

Alain Chalifoux est très fier du tournant que vit son entreprise en ajoutant une nouvelle gamme de produits. | TC Média - Julie Lambert

La Laiterie Chalifoux a donné la primeur aux Sorelois. Ils ont été les premiers à goûter un ou l’autre des 17 nouveaux produits – yogourts, crème fraîche, crème sure et trois beurres – disponibles chez Métro et IGA de la région. Des produits pour la cuisine inspirés de la gastronomie française, explique son président Alain Chalifoux.

Et il est fort satisfait de l’accueil qu’ils ont reçu, de multiples commentaires emballés publiés sur Facebook. Fort de cette réception, il s’apprête, dans les prochaines semaines, à les lancer en Ontario et dans l’Ouest canadien sous l’appellation Riviera Petit Pot, rappelant ainsi quatre générations de savoir-faire de la Laiterie Chalifoux et des tendances culinaires actuelles.

Il fera un point de presse au Ritz Carlton de Montréal dans une quinzaine, pour lancer ces produits sur le plan national.

« Les gens cherchent des produits santé mais agréables à déguster. Ce que nous leur proposons comme yogourts fermes, par exemple, sont probiotiques et additionnés de vitamine D, à saveurs de vanille, citron et noix de coco », décrit-il.

Il en produit aussi quatre saveurs d’inspiration européenne introuvables ici : des yogourts bio à la rhubarbe, aux noix, aux figues et aux abricots. Enfin, il propose aussi du yogourt au lait de chèvre à la vanille ou sur coulis de fraise.

Se démarquer

C’est ainsi qu’il compte se démarquer dans le domaine laitier en s’établissant comme créateur de tendances avec des produits qui innovent, explique-t-il, du choix des ingrédients au raffinement des emballages.

Ce qui lui permettra, estime-t-il, d’occuper une nouvelle place dans l’univers des produits laitiers, parmi les grands et d’ainsi assurer la pérennité de l’entreprise.

« Les consommateurs sont à la recherche de nouveaux goûts et recettes. Ils ont beaucoup voyagé et expérimenté de nouvelles aventures culinaires qu’ils veulent renouveler, de retour à la maison. Quant à nous, nous avons changé nos façons de voir le marché, non plus comme l’entreprise qui dicte ce que les gens mangeront mais qui s’ajuste à ce que les gens veulent », explique M. Chalifoux.

Sortir de sa zone de confort

La gageure est audacieuse, reconnait-il. Elle a nécessité près de 21 M$, la création d’une cinquantaine d’emplois et la formation du personnel pour produire autrement, avec de nouveaux équipements à maîtriser.

« Cela a fait sortir tout le monde de sa zone de confort. Pourtant, l’équipe a emboîté le pas, ce qui nous permet d’arriver là où nous en sommes. Mais il y a encore de nouveaux employés à trouver et à former. » Un appel qu’il lance à tous.

Ce faisant, il innove aussi en Amérique du Nord, tant par les produits que par la façon dont il les présente : en petits pots de verre recyclables. Il s’est inspiré à la fois de la bouteille à l’ancienne des produits laitiers et de populaires produits en Europe, insiste-t-il.

« La mise en pot nécessite des petits soins, mais les clients peuvent être rassurés. Chacun est radiographié avant de prendre le chemin des tablettes », rappelle-t-il. Ils peuvent aussi sur Internet (www.rivierapetitpot.com) commander des couvercles de plastique pour les pots qu’ils réutiliseront.

Autre défi: inscrire dans sa chaîne de production des yogourts aux noix. « Les noix, produits allergènes, nous ont forcés à prendre des moyens très pointus pour éviter la contamination des autres produits. Cela nécessite une attention constante, mais en vaut la chandelle », affirme-t-il, permettant à la Laiterie de devenir une éco-entreprise qui se démarque par la présentation de ses produits et a ainsi une longueur d’avance sur ses compétiteurs.

image