23 octobre 2015
La grève se poursuit à la traverse Sorel-Tracy Saint-Ignace-de-Loyola
Par: Julie Lambert
Des travaux de nuit auront lieu du 2 au 6 mai. | Photo TC Media - Archives

Des travaux de nuit auront lieu du 2 au 6 mai. | Photo TC Media - Archives

La nouvelle offre patronale n’a pas convaincu les employés de la Société des traversiers du Québec qui l’ont rejetée à 91%. Ils ont également décidé de poursuivre leur grève générale illimitée, ce qui forcera les usagers maintenant impatients à effectuer des détours jusqu’à une entente entre les deux parties.

Publicité
Activer le son

Le Syndicat des Métallos a dévoilé, vendredi dernier, en conférence de presse, le résultat des votes tenus au cours de la semaine auprès des officiers mécaniciens et de navigation de la Société des traversiers du Québec (STQ), en grève depuis le 13 octobre dernier.

Les officiers votaient sur les offres patronales lors de six assemblées des différentes traverses la semaine dernière, de dimanche à jeudi. Ces derniers les ont rejetées dans une proportion de 91%.

Ils devaient aussi choisir leur moyen de pression entre la grève générale illimitée ou une grève synchronisée avec les journées de débrayage du Front commun du secteur public. Ils ont décidé de poursuivre la grève générale illimitée dans une proportion de 78%.

« Le message est clair. Les officiers rejettent à 91% l’offre. La STQ nous a remis des documents sur papier comme l’échelle salariale bonifiée et quelques petites primes. Elle a refusé de parler des besoins de chaque point maritime. Nous sommes conscients des impacts de la grève, mais ce choix s’est réalisé démocratiquement et les employés ont décidé de poursuivre », explique le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Daniel Roy.

Selon M. Roy, les offres rejetées étaient un net recul sur le plan des conditions de travail avec une hausse salariale de seulement 3% sur trois ans, le report de l’âge de la retraite, le refus d’intégrer au salaire une prime d’attraction et le refus de discuter de toutes les demandes syndicales.

« Nos membres sont les moins bien payés dans l’ensemble des traverses du pays. L’écart peut atteindre jusqu’à 15$ l’heure au maximum de l’échelle. On ne demande même pas un rattrapage, juste des ajustements décents », a ajouté Gordon Ringuette, représentant syndical.

La STQ a refusé d’émettre des commentaires, vendredi dernier, en après-midi. Un courriel a été envoyé, en fin de journée:

« Dans le contexte de la poursuite de la grève illimitée, la direction de la traverse de Sorel-Tracy est contrainte d’interrompre son service de traversiers. Prenez note que la situation sera évaluée quotidiennement et l’horaire mis à jour par période de 48 heures », peut-on y lire.

image