7 février 2017
La fusion des CSSS au cœur du litige?
Par: Deux Rives
Le pneumologue Jacques Godin. | TC Média - Pascal Cournoyer

Le pneumologue Jacques Godin. | TC Média - Pascal Cournoyer

Le docteur Jacques Godin soupçonne que la fusion des CSSS en CISSS le 1er avril 2015 serait à l’origine des problèmes d’acquisition du bronchoscope Ebus payé à l’aide d’une campagne de financement de la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel.

Publicité
Activer le son

Il a émis cette hypothèse en point de presse, mardi matin, au CLSC.

« Avant la fusion des CSSS qui sont devenus un CISSS, c’était la décentralisation des services, avance le pneumologue. Est-ce que l’ancienne direction de l’hôpital avait l’autorité de prendre des décisions de la sorte sans passer par le ministère à l’époque? Je ne le sais pas. »

« Peut-être que c’est une erreur administrative, mais de ce qu’on en sait, c’est peut-être la centralisation des services et la fusion du CISSS qui ont enlevé à l’Hôtel-Dieu une autorité qu’elle avait auparavant, a ajouté Dr Godin. Nous de notre côté, tout était en règle, mais il y a ambiguïté parce que le ministère ne trouve pas de preuve. Le ministre Barrette devrait honorer des décisions qui ont été prises avant qu’il soit au pouvoir. Il serait dommage de faire payer la population pour cela. »

L’hôpital de Saint-Hyacinthe aurait fait la demande d’un bronchoscope Ebus entre six et huit mois après l’Hôtel-Dieu, en avril 2015. Les intervenants de Sorel-Tracy ne sont pas en mesure d’expliquer pourquoi les démarches ont été si rapides dans ce cas.

La Fondation Hôtel-Dieu a pour sa part réitéré, lors de la conférence de presse, que toutes les démarches nécessaires avaient été faites correctement pour mener le projet à terme.

« On a toujours eu l’appui des plus hautes instances locales et on a toujours été rigoureux dans nos démarches. Nous avons le budget pour tout », a mentionné le président du conseil d’administration de la fondation, Jocelyn Cayer.

De son côté, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a continué à marteler sur le ministre de la Santé. La situation rendait les donateurs de la fondation inquiets, selon lui.

« On vit un trip de centralisation de la part du ministre Barrette et il est grand temps que notre premier ministre, Philippe Couillard, le ramène à l’ordre », s’est-il prononcé.

En attente du rapport

Le ministre Gaétan Barrette a confié à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) le soin de le conseiller sur l’acquisition de l’appareil Ebus par l’Hôtel-Dieu de Sorel. Un rapport sera déposé par l’INESSS au ministre en mars.

M. Cayer a partagé que toutes les démarches entreprises par les centres hospitaliers du Québec en vue d’obtenir un bronchoscope Ebus étaient en attente des résultats de ce rapport.

« J’espère qu’ils vont tenir compte de la réalité régionale », a signalé M. Cayer.

« L’INESSS a normalement pour mandat d’indiquer si le gouvernement devrait mettre de l’argent ou non dans un projet, mais ce n’est pas notre cas ici, a ajouté la pneumologue Martine Dulude. Le ministère démontre une ouverture, mais il ne fait que reporter le problème. »

La pneumologue Martine Dulude n’a pas réfléchi à son avenir si jamais la réponse s’avérait négative.

« L’achat faisait partie de mes conditions d’embauche, a dit la pneumologue, mais ce qui importe en ce moment, ce sont mes patients. Je ne veux pas faire ces examens par intérêt personnel. »

À lire aussi: – Bronchoscope refusé: un appel à une mobilisation générale

Quelques statistiques sur le cancer du poumon
89 cas / 100 000 habitants pour la Montérégie
109 cas / 100 000 habitants pour à Sorel-Tracy
La ville de Sorel-Tracy a le plus haut taux de personnes ayant un diagnostic du cancer du poumon en Montérégie.
image