30 mars 2021
La décision du tracé des camions lourds remise à l’automne
Par: Katy Desrosiers

Le nouveau tracé des camions lourds ne sera décidé qu’à l’automne. Photo gracieuseté

Lors de la séance du conseil de ville du 22 mars, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a annoncé que des analyses supplémentaires seraient réalisées avant de s’entendre sur le tracé qu’emprunteront les camions lourds au centre-ville. La décision finale devrait survenir à l’automne.

Publicité
Activer le son

Récemment, les résidents de la rue de la Reine ont reçu une lettre indiquant que le tracé des camions lourds au centre-ville serait modifié à la demande de Richardson International. Actuellement, les camions quittent l’entreprise en empruntant les rues du Fort, Prince, Augusta, Elizabeth et Victoria. Avec le nouveau tracé, ils auraient emprunté la rue de la Reine pour se rendre sur la rue Roi jusqu’à la hauteur de la rue Victoria pour ensuite rejoindre le boulevard Fiset.

Des résidents se sont opposés au projet et une pétition a été déposée à la Ville.

Le 22 mars, le conseil a annoncé qu’il procéderait à une analyse géométrique, soit un comptage, à la descente du pont Turcotte et à d’autres emplacements critiques du tracé.

« Le directeur du service de l’urbanisme nous avait signifié que l’on contrevenait à un règlement de la sécurité routière à deux intersections et il y avait un grand danger à une autre place avec le recul des camions de 53 pieds. Ç’a été tenu en compte. Il y aura donc un comptage pour chaque scénario, à l’intersection Elizabeth et Augusta et aussi en bas du pont Turcotte », mentionne Serge Péloquin.

La première analyse devrait se faire en milieu d’été et l’autre pendant les récoltes. Le conseiller Jocelyn Mondou a présenté au conseil ses notes à la suite de rencontres avec des résidents des rues concernées, des camionneurs et des piétons.

La citoyenne du secteur, Corina Bastiani, a demandé au conseil l’assurance que le tracé ne serait pas modifié d’ici la fin de l’été. « Je n’ai pas la date, mais ça n’ira pas avant l’automne. Assurément, on aura l’été tranquille », a conclu Serge Péloquin, qui ajoute que la décision sera réfléchie et documentée.

image