19 mars 2021
La Course de l’espoir tire sa révérence après six ans
Par: Jean-Philippe Morin

Mélanie Duclos avait lancé la Course de l’espoir en 2015 en mémoire de son père décédé d’une maladie auto-immune qui s’est attaquée à ses poumons. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La Soreloise d’origine Mélanie Duclos, qui tenait à bout de bras l’organisation de la Course de l’espoir à Sorel-Tracy afin d’amasser des fonds pour l’Association pulmonaire du Québec, a décidé de tirer sa révérence après six ans.

Publicité
Activer le son

L’événement devait avoir lieu pour une septième fois le 18 avril prochain, avec le marathonien sorelois Daniel Lequin comme ambassadeur. Ce dernier avait aussi tenu ce rôle l’an dernier, alors que la Course de l’espoir était devenue la première course chronométrée à se tenir virtuellement au Québec. Un record d’inscriptions avait d’ailleurs été enregistré.

Un an plus tard, malgré la lumière qui semble se pointer au bout du tunnel, la croissance du variant ne permet pas à l’organisation de tenir l’événement avec certitude.

« La décision n’a pas été facile à prendre. J’ai fondé la Course de l’espoir à la suite du décès de mon père. C’était ma façon de vivre mon deuil, mais également de le garder près de moi. Ça aura été toute une expérience que je n’oublierai jamais! », affirme le cœur gros Mélanie Duclos, tout en remerciant les commanditaires, bénévoles et participants qui ont contribué au succès de l’événement.

Rappelons que son père Pierre Duclos est décédé de la sclérodermie, une maladie auto-immune qui s’est attaquée à ses organes internes, dont ses poumons. M. Duclos a perdu son combat contre la maladie moins de deux ans après le diagnostic, à l’âge de 60 ans.

En six ans, la Course de l’espoir a réuni plus de 2000 participants et plus de 400 bénévoles. Mme Duclos a remis plus de 40 000 $ à l’Association pulmonaire du Québec pour faire avancer la recherche sur les maladies pulmonaires.

image