24 octobre 2019
Pour l'année 2018-2019
La Commission scolaire de Sorel-Tracy enregistre un déficit de 59 069 $
Par: Katy Desrosiers

La Commission scolaire de Sorel-Tracy a enregistré un déficit d'environ 59 000 $ pour l'année scolaire 2018-2019. Photothèque | Les 2 Rives ©

La Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy a enregistré un déficit de 59 069 $ pour l’année 2018-2019, comparativement à un surplus de 255 033 $ pour l’année précédente. Cependant, comme un surplus a été cumulé au cours des dernières années, la CS a pu se servir de celui-ci pour compenser.

Publicité
Activer le son

« On avait révisé les chiffres au mois de janvier, puis on pensait arriver à peu près à un excédent de 35 000 $, mais finalement, on est arrivé à un déficit d’environ 59 000 $. […] Étant donné qu’on a eu une année difficile au niveau de l’absentéisme, on est content du résultat. […] Sur un budget de 78 M$, la marge est mince. Notre déficit ne représente pas, en réalité, un gros pourcentage. Il est de 0,08 % », souligne la directrice des Services des ressources financières pour la CS, Marie-Claude Larrivée.

Le déficit autorisé par le ministère de l’Éducation pour la CS pour l’année 2018-2019 était de 632 588 $. Grâce à un excédent accumulé de plus de 8,7 M$, la CS a pu piger dans cette réserve pour combler le déficit.

Parmi les raisons qui peuvent expliquer le déficit, Mme Larrivée note un taux d’absentéisme à long terme plus élevé et une clientèle moins importante que prévu du côté de la formation professionnelle. En contrepartie, certaines dépenses prévues n’ont pas été réalisées et le ministère avait attribué des subventions pour des embauches qui n’ont pas été utilisées, puisque le temps prévu pour trouver le personnel requis a été dépassé.

« Parfois, les personnes sont arrivées pendant l’année. Dans certains cas, on ne les a pas trouvées. […] C’est surtout de trouver du personnel en orthopédagogie qui a été difficile pendant 2018-2019. Présentement, pour 2019-2020, on a pratiquement comblé tous les postes. À date, c’est au niveau de la psychoéducation qu’on a de la difficulté. Pour ce qui est du taux d’absentéisme, notre dépense principale, c’est le personnel. […] On ne peut pas prévoir si les gens vont être en maladie ou pas. On souhaite que tout le monde soit en santé. Tout dépend de l’année. À date, ça semble bien aller », explique-t-elle.

Baisse des revenus de la taxe scolaire

En raison de la baisse du taux de taxe scolaire par le gouvernement, les revenus amassés grâce à la taxe scolaire pour 2018-2019 étaient de 7 350 419 $, comparativement à 14 065 684 $ pour l’année précédente. « Par contre, le ministère a augmenté ses subventions pour contrebalancer la baisse de revenus. Pour nous, l’impact est nul », affirme Mme Larrivée.

Les dépenses d’investissements pour 2018-2019 se sont chiffrées à 5 478 123 $. Si on regarde en 2016-2017, elles étaient à plus de 11,3 M$. « En 2016-2017, on a eu la finalisation de l’agrandissement de l’École Saint-Roch alors qu’en 2018-2019, on n’en a pas eu. Avec Yamaska (des travaux d’agrandissement commenceront à une des écoles primaires sous peu), on va revivre sensiblement la même chose, mais l’augmentation devrait plus paraître en 2020-2021 », souligne Marie-Claude Larrivée. En effet, en raison de la surenchère au niveau des appels d’offres, certains travaux ont été reportés afin d’avoir de meilleurs coûts.

Pour l’an prochain, la CS a un déficit autorisé d’environ 231 000$. « Ce n’est pas toutes les commissions scolaires qui ont cet avantage-là. On ne va pas dépenser inutilement, mais s’il y a lieu de faire certaines dépenses, on a cette opportunité-là ».

image