26 septembre 2017
La Collection Denis St-Martin: procès-verbal rédigé au fort Saint-Frédéric
Par: Deux Rives
Le procès-verbal rédigé au fort Saint-Frédéric à la suite de la recherche infructueuse d’un déserteur et signé par Étienne Hertel de Saint-François-du-Lac. | Photo: Germain Martin

Le procès-verbal rédigé au fort Saint-Frédéric à la suite de la recherche infructueuse d’un déserteur et signé par Étienne Hertel de Saint-François-du-Lac. | Photo: Germain Martin

Dans le cadre des fêtes du 375e anniversaire de Sorel-Tracy, le collectionneur Denis St-Martin présente, chaque dernier mardi du mois et tout au long de l’année 2017, une série de douze petites chroniques historiques reliées à l’histoire de Saurel et tirées de livres, de manuscrits, de cartes d’époque, tous des originaux de sa Collection. Voici la neuvième à propos du procès-verbal rédigé au fort Saint-Frédéric à la suite de la recherche infructueuse d’un déserteur et signé par Étienne Hertel de Saint-François-du-Lac.

Le sergent de troupes Pierre Baret, dit Laroches, dresse un procès-verbal au fort St-Fréderic relatant être parti en compagnie des cadets de troupes Bailleuville, Étienne Hertel de Saint-François-du-Lac, un soldat et deux sauvages Iroquois, afin de rechercher et arrêter le déserteur Jean Orange dit Sansfaçon, soldat de la Compagnie de Monsieur le Chevalier de La Corne.

Le déserteur, réfugié en Nouvelle-Angleterre, est accusé de crime de désertion. Laroche déclare ne pas l’avoir trouvé et ont signé De Bailleuville, Hertel et Laroche, le 14 février 1749.

Provenance : Collection Lawrence M. Lande; Collection Denis St-Martin

image