14 août 2019
La 10e Ă©dition du Rassemblement de l’Ă®le de Grâce est annulĂ©
Par: Katy Desrosiers
Plusieurs centaines de plaisanciers se réunissent chaque année au Rassemblement de la baie de l'île de Grâce.
Photo LeHomard Club Photography

Plusieurs centaines de plaisanciers se réunissent chaque année au Rassemblement de la baie de l'île de Grâce. Photo LeHomard Club Photography

Le Rassemblement de la baie de l’Ă®le de Grâce, qui rĂ©unit chaque annĂ©e des centaines de plaisanciers pour une fĂŞte sur l’eau, est annulĂ© en 2019. Une des raisons est la perte de commanditaires qui rendaient possible, entre autres, le financement d’une Ă©quipe de nettoyage et de sĂ©curitĂ©.

Publicité
Activer le son

« J’ai des comeback des policiers ou de la Garde cĂ´tière auxiliaire. Il y a des gens qui ont eu des blessures mineures ou majeures. Il y a eu des interventions. Je ne voulais pas que ça se reproduise. S’il y a des accidents, je veux qu’on soit capable de rĂ©pondre Ă  l’appel. Je voulais absolument ajouter ça (une Ă©quipe de sauvetage). C’est une question de bon sens, c’est rendu très gros l’Ă©vĂ©nement », souligne l’organisateur, Alain Ste-Croix.

En effet, il attendait plus de 1000 bateaux cette année. Cependant, à la dernière minute, il a perdu son commanditaire principal.

« Dans le milieu nautique cet Ă©tĂ© c’est dur pour tout le monde. La saison a commencĂ© plus tard, la marina et tout ce qui tourne autour du nautisme, ils ont fait moins d’argent. La plupart veulent embarquer pour l’an prochain. S’ils le savent d’avance, ils vont le prĂ©voir Ă  leur budget », ajoute-t-il.

Comme l’organisateur ne voulait pas lĂ©siner sur l’aspect sĂ©curitĂ©, il a choisi d’annuler l’Ă©dition de 2019 et de se concentrer sur l’Ă©dition de 2020.

« Les gens voulaient que je mette quelqu’un Ă  l’entrĂ©e pour prendre des dons, mais l’argent, je le dĂ©pense d’avance, pour le système de son, la sĂ©curitĂ©, le nettoyage. S’il fait moins beau et que moins de gens se prĂ©sentent, je me retrouve Ă  payer de ma poche pour un Ă©vĂ©nement que je fais pour les autres », explique M. Ste-Croix. Il avoue que depuis quelques annĂ©es, un gofundme est disponible pour amasser des fonds avant l’Ă©vĂ©nement, mais qu’il est difficile d’accumuler l’argent nĂ©cessaire.

« Un événement comme on voulait faire cette année, ça me coute entre 7000 $ et 10 000 $ », ajoute-t-il.

L’organisateur a dĂ©jĂ  une entente avec une compagnie de sauvetage pour l’an prochain. Il souhaite aussi voir avec la Garde cĂ´tière auxiliaire s’il est possible d’avoir une de leurs Ă©quipes attitrĂ©e exclusivement Ă  l’Ă©vĂ©nement, afin d’offrir du transport. M. Ste-Croix souhaite s’assurer que la journĂ©e ne sera pas un fardeau pour la garde cĂ´tière auxiliaire et les corps policiers.

L’Ă©quipe de nettoyage sera aussi de retour. « On s’est fait taper sur les doigts pour le cĂ´tĂ© environnemental il y a quelques annĂ©es. On a pris nos responsabilitĂ©s. […] Certains qui habitent dans le coin disent que c’est sale après le party, mais moi je suis lĂ  toutes les fins de semaine, c’est Ă  petite Ă©chelle, mais on en trouve des dĂ©chets dans les joncs, sur les berges. Quand on arrive au rassemblement, on les voit. Au nettoyage, on ramasse les dĂ©chets de la saison au complet aussi », prĂ©cise-t-il.

Un événement en expansion

Le rassemblement a commencĂ© il y a 10 ans, alors qu’un des amis de M. Ste-Croix avait organisĂ© une fĂŞte pour sa conjointe. Ce sont 15 ou 20 bateaux qui s’Ă©taient rĂ©unis. « Après, ç’a Ă©tĂ© 30, 40 et 50 bateaux. Puis 150 bateaux. J’ai pris la relève en 2014 et avec les rĂ©seaux sociaux et notre passage Ă  l’Ă©mission fous de bateaux, ç’a explosé », explique l’organisateur.

MalgrĂ© l’annulation, certains plaisanciers ont indiquĂ© sur les rĂ©seaux sociaux vouloir tout de mĂŞme se rendre sur les lieux.

image