6 décembre 2018
Patinage artistique
Kim DeGuise Léveillée ne se qualifie pas pour les Championnats canadiens
Par: Jean-Philippe Morin

Kim DeGuise Léveillée ne pourra pas défendre sa sixième place obtenue lors des plus récents Championnats canadiens de patinage artistique. (Photo : archives/Pascal Cournoyer)

Pour la première fois depuis qu’elle a fait le saut chez les seniors en 2014, Kim DeGuise Léveillée ne participera pas aux Championnats canadiens de patinage artistique en janvier 2019 à Saint John, au Nouveau-Brunswick. La Soreloise peine à expliquer ce qui s’est passé lors des Défis de l’Est et de l’Ouest du Canada, à Edmonton, les 1er et 2 décembre.

Pour accéder aux Championnats canadiens, Kim DeGuise Léveillée devait terminer parmi les 15 premières participantes. Elle y est parvenue chaque année, remportant même ces Défis en 2014. Toutefois, en raison de multiples erreurs, elle s’est finalement classée 23e sur les 33 patineuses en compétition.

« J’aimerais bien te donner une réponse sur ce qui s’est passé, mais j’en n’ai aucune idée », mentionne-t-elle au bout du fil, alors qu’elle se trouvait encore à Edmonton.

« Je n’ai jamais été aussi prête pour une compétition, poursuit-elle. Je ne m’étais jamais autant entraîné. Je ne comprends pas ce qui s’est produit. Mes pratiques, mon réchauffement; tout s’était amélioré. J’ai parlé à plusieurs personnes qui n’ont pas compris non plus. »

Au programme court, la patineuse soreloise a effectué deux chutes. Malgré tout, elle se sentait confiante de remonter la pente lors du programme long.

« D’habitude, je suis capable de revenir. C’était possible en plus; tout ce que je devais faire, c’était minimiser les erreurs et y aller simplement. Ç’a été une catastrophe », se désole-t-elle.

La Soreloise devra donc faire une croix sur la plus importante compétition de l’année en janvier prochain. Championne canadienne junior en 2014, Kim DeGuise Léveillée avait fait le saut chez les seniors la même année, terminant 5e en 2015, puis 9e en 2016, 13e en 2017 et 6e en 2018.

Rester positive

Malgré tout, celle qui patine désormais pour l’Ontario, où elle s’entraîne, veut rester positive. « Ce sont des choses qui arrivent, ça fait partie de la game. On ne peut pas toujours réussir, et si tu échoues, tu apprends de tes erreurs et tu te relèves. C’est ce que je vais faire. »

D’ici quelques semaines, elle réfléchira à son avenir. Elle ne met pas une croix définitive sur la compétition.

« J’aime patiner, je ne pense pas arrêter d’un seul coup. Je veux finir mon cégep à distance d’ici avril et je veux rester en Ontario au moins jusqu’à la fin janvier. J’ai aussi eu des invitations pour enseigner le patin dans des séminaires et aider des entraîneurs en place. Ça me permettrait de continuer mes études. Je veux aussi prendre du temps pour moi dans les prochaines semaines. L’entraînement est très intense pendant une saison. Il est encore trop tôt pour dire si j’arrête la compétition, mais il n’y a rien qui arrive pour rien! », conclut-elle.

image