24 octobre 2019
Kariane Héroux-Danis adapte sa première pièce pour le Théâtre Prospero
Par: Katy Desrosiers

Les textes ont été retravaillés pour que les comédiens soient bien à l'aise dans leurs personnages. Photo Jonathan Malenfant

La comédienne soreloise Kariane Héroux-Danis signe sa première adaptation avec la pièce Le Principe d'Archimède. Photo Guillaume Boucher

La comédienne soreloise Kariane Héroux-Danis a signé l’adaptation de la pièce Le Principe d’Archimède de Josep Maria Miró, qui sera présentée au Théâtre Prospero à Montréal du 29 octobre au 16 novembre prochain. La jeune femme en était à sa première expérience d’adaptation avec sa compagnie le Théâtre à l’eau froide.

Publicité
Activer le son

Son équipe et elle ont découvert cette pièce, originalement en langue catalane, après avoir fouillé sur des sites de maisons d’édition de différents pays. Elle a collaboré avec le metteur en scène Christian Fortin sur cette production.

« Les rôles ne convenaient pas pour moi, mais on aimait tellement le texte qu’on s’est arrangé pour trouver un poste à chacune des personnes de la compagnie. Moi, j’ai fait l’adaptation puisque c’est un texte en langue catalane à la base. […] On a demandé à Juan Arango, un ami de Christian, qui est espagnol et qui connaît la langue, de la traduire. Des fois, la traduction peut manquer un peu de rondeur, donc j’ai adapté pour le Québec en 2019. […] Les personnages, c’est des gens comme nous, donc il y a des pis et des sacres qui sont d’ici », affirme la comédienne.

Au départ, la pièce devait être présentée dans la petite salle du Théâtre Prospero, mais comme il manquait un spectacle dans la grande salle, la directrice du théâtre a demandé à la compagnie de la présenter dans celle-ci. « On hésitait beaucoup parce qu’on était déjà en show au théâtre Denise-Pelletier et ça nous aurait fait deux gros shows dans la même année. Pour une jeune compagnie, c’est énormément de défis. Mais c’est tellement une belle opportunité qu’on aurait été fous de passer à côté. Ça nous a laissé huit mois pour tout clancher le processus, comme la conception des décors, des costumes et de créer l’équipe », explique Mme Héroux-Danis.

Des jeunes de Sorel-Tracy comme spectateurs

L’enseignante en art dramatique à l’École secondaire Fernand-Lefebvre, Peggy Lavoie, amènera 116 de ses élèves de 4e et 5e secondaire voir le spectacle à Montréal. Kariane Héroux-Danis viendra aussi préalablement dans ses classes préparer les élèves.

« Je me rappelle, à l’école, que j’aurais aimé savoir que des gens de ma réalité faisaient des spectacles, que c’était possible pour vrai. […] On m’a souvent dit que le théâtre, c’était plus comme un hobby. C’est important de montrer qu’il y a du monde qui peut arriver à en vivre », mentionne la comédienne soreloise.

image